Fuyez Mono !

Rédigé par antistress le 27 février 2010 -

Ceux qui lisent mon blogue régulièrement savent que je fuis Mono comme la peste ; mon ancien blogue comportait d'ailleurs une catégorie dédiée énonçant les alternatives aux logiciels monoïsés que l'on commence très malheureusement et très inconsciemment à trouver dans nos distributions GNU/Linux – jusque dans la traditionnelle Debian, c'est dire.

Pour expliquer pourquoi je fuis Mono, je dirai simplement que Mono c'est le loup déguisé en mère-grand pour dévorer toute la communauté du Logiciel Libre.

Loup rodant autour du petit chaperon rougeLoup au chevet de mère-grandLoup déguisé en mère-grand, au lit à côté du petit chaperon rouge

Arrêtons-nous un instant sur cette métaphore illustrée par les gravures de Gustave Doré :

  1. La première gravure montre Microsoft, depuis toujours en embuscade, cherchant le moyen d'entraver l'avancée du Logiciel Libre.
  2. Après un round d'observation, Microsoft passe à l'offensive en découvrant un maillon faible du Logiciel Libre en Novell qui prête une oreille plus qu'attentive aux promesses économiques de Microsoft (deuxième gravure).
  3. Le round qui se déroule actuellement consiste à diffuser Mono sous l'apparence d'un logiciel libre pour permettre, le jour venu, de porter au Logiciel Libre un coup que Microsoft espère fatal (troisième gravure).

Quel est donc le problème avec Mono et les logiciels reposant sur cette technologie ?

Comme l'indique Wikipédia, Mono est une mise en œuvre sous licence libre de la plate-forme de développement Microsoft .NET. Le projet Mono a été initié par Miguel de Icaza et est actuellement soutenu par Novell.

Si le code lui-même est libre (au sens où il résulte d'un travail de développement original, placé sous licence libre, à partir des spécifications de la plate-forme de développement Microsoft .NET – et non d'une copie du code de ce dernier qui lui n'est pas libre), les mécanismes que Mono implémentent sont susceptibles d'être couverts par des brevets de Microsoft compte tenu du fait que .NET a été entièrement développé en interne par cette société.

Certains objecteront que les brevets logiciels ne sont pas reconnus en Europe (le Parlement européen, emmené par notre Michel Rocard national, s'y est opposé récemment). Alors pourquoi s'en soucier ?

Je répondrai qu'il faut privilégier des solutions libres de brevets pour au moins deux raisons :

  1. Les brevets logiciels sont légaux dans d'autres pays et, dans la mesure où la communauté des utilisateurs et développeurs de logiciels libres est mondiale, il serait égoïste de se servir de logiciels brevetés en sachant que d'autres n'auront pas ce droit. En outre, nous devons éviter de diviser la communauté pour ne pas l'affaiblir.
  2. Paradoxalement, pour éviter que les brevets logiciels ne soient un jour reconnus en Europe, il faut éviter d'utiliser des logiciels brevetés. Si les utilisateurs privilégient des logiciels non brevetés, ça réduit l'intérêt des brevets et ça diminue donc le risque que ça arrive chez nous (moins d'intérêts financiers en jeu, donc moins de lobbying de la part des détenteurs de brevets). Tout se tient.

Dans ces deux hypothèses on voit bien que les utilisateurs que nous sommes ont une responsabilité collective dans leurs choix individuels.

Cette responsabilité ne s'arrête pas là : il faut arrêter d'utiliser les logiciels basés sur Mono pour permettre aux alternatives d'émerger. Par exemple si j'utilise tel logiciel monoïsé pour des raisons pratiques – parceque ses fonctionnalités me conviennent – alors je n'essaye pas les alternatives indépendantes de Mono que je ne peux donc pas conseiller – notamment sur mon blogue – donc je n'aide pas à leur diffusion, donc de possibles rapporteurs de bogues, traducteurs, développeurs etc. ne contribueront pas à ces projets. À nouveau, tout se tient.

Les actions de chacun comptent et ont des répercussions – même petites – qui, l'une après l'autre, peuvent en entraîner d'autres.

Ces raisons de ne pas utiliser de logiciels basés sur Mono sont essentielles et s'appliquent bien entendu à d'autres logiciels. Lorsque vous faites le choix de préférer un codec breveté comme le H264 pour la diffusion de vidéos sur le Web au lieu d'un format libre comme Ogg Theora (lire ce précédent billet), vous encouragez égoïstement la balkanisation du Web et incitez les puissants détenteurs de brevets à renforcer la règlementation des brevets logiciels à travers le monde.


Quelques logiciels monoïsés que vous utilisez peut-être sans le savoir : Tomboy, F-Spot (tous deux installés dans Ubuntu par défaut), Banshee (envisagé pour être inclus par défaut dans Ubuntu à l'avenir), GNOME Do, gTwitter, GNOME Subtitles etc. Pour désisntaller tout ce qui a trait à Mono sous Ubuntu (logiciels compris), entrez la commande sudo apt-get autoremove --purge mono-runtime. Et procurez-vous les alternatives dont vous avez besoin.

Les arguments pour/contre Mono dans la blogosphère :

Rebondissement suite la « clarification » consentie par Microsoft à la demande des développeurs de Mono :

Enfin, un argument définitif contre mono : Stop using mono! sur B.O.F.L.

#1  - FabriceV a dit :

Beaucoup de blogs anti-Mono, mais aucune communauté de programmeurs s'attaquant systématiquement au portage du code des application Mono vers C pour contrecarrer Mono. Le futur sera Mono. Plus Linux aura du succès, c'est à dire gagnera des utilisateurs Windows, plus le nombre de programmeurs Mono augmentera.
Maintenant pourquoi utiliser les applications Mono. J'ai moi-même tenu le boycott quelques années. Il semble que les programmeurs en Mono ont le souci de faire des applications avec une interface claire, cohérente, et répondent au besoin de nombreux utilisateurs non techniciens. Donc pour moi, Mono c'est aussi une évolution générationnelle. Exemple, j'utilise PDF-Mod (Mono) qui a remplacé toutes les applications précédentes de gestion de pdf aux interfaces à pleurer, mais encensés comme les outils power-linux sur de nombreux blogs. PDF-Mod est typique des applications que je peux installer sur l'ordinateur de mon amie et qui font qu'elle utilise Linux avec plaisir à la maison, et ne veut pas retourner sous Windows malgré que se soit son OS de "bureau".
Les utilisateurs doivent boycotter Mono??? Les programmeurs doivent permette aux utilisateurs d'oublier Mono s'ils pensent que le risque est réel. Il y a un moment ou le problème des alternatives doit être poser. Combien d'année qu'une partie des utilisateurs se plaint de l'interface de GIMP? Aucune solution réellement proposée et comme seul réponse : GIMP est bon, vous êtes trop cons pour l'utiliser (je caricature... mais pas loin). Il ne faut pas ensuite s'étonner que des projets alternatifs basés sur Paint.net émergent...
Mono ne disparaitra pas par le combat politique mais par les projets et le code.

Répondre
#2  - LasX a dit :

Je crois que fedora n'utilise pas les logiciels bases sur mono.

Répondre
#3  - G-rom a dit :

Même avis que FabriceV. Vous me faîtes bien rire tout le monde à crier au loup par rapport à Mono. Cette espèce de transmission de peur envers Microsoft et ses possibilités de poursuite judiciaire sont le seuls « faux » argument que vous avez.
À côté de ça il ne faut pas se leurrer, la plupart des logiciels monoïsé sont meilleur que leur équivalent.
Je prends l'exemple de Gnome-do que j'utilise outrageusement, il est bien plus beau, et meilleur (de mon point de vue) que ses équivalent.
Ce n'est pas en forçant l'utilisateur finale, le contraignant, sous quelques prétextes fallacieux dont il s'en fout mais à un point (pour rester poli) que mono sera abandonné. L'effort est à faire du côté de ceux qui veulent que mono soit abandonné. Vous le voulez vraiment ? Alors écrasez le, soyez meilleur, parce qu'en attendant...

Répondre
#4  - Ulhume a dit :

D'accord avec tout cela, ceci dit il manque un argument de taille...

A l'instar de Java (dont .Net est à l'origine une copie), les applications qui utilisent cette techno ne sont pas exécutées nativement, mais à travers une machine virtuelle (une sorte d'émulateur pour simplifier). Ce n'est généralement pas un problème pour une application "serveur" (ex. tomcat) qui fini par être plus ou moins complètement mangé par le compilateur temps-réel. Mais pour une application de bureau, relancé régulièrement et gavé de traitements liés à l'affichage, ce n'est plus la même histoire.

Du coup, les performances des applications mono n'atteindront jamais celles de leur équivalents natifs, et si elles s'en approchent, c'est au prix d'une plus grande consommation de ressources (principalement mémoire mais aussi CPU). D'ailleurs lorsqu'une application JAVA/.Net tourne aussi vite qu'une application native, on peut facilement constater que c'est au prix d'un bon double de mémoire et d'un CPU au taquet. Ce qui au delà d'être douteusement libre, n'est point écologique :)

Répondre
#5  - G-rom a dit :

Là dessus j'aimerai bien de vrai test et des stats :)
Gnome-do par exemple monte à gros gros max 10% de mon CPU lors d'une requête (0% sinon) et plus généralement 2% (un C2D 3.2Ghz) et 1.2% de ram (4Go). C'est franchement quedall pour mon pc et encore une fois la plupart des utilisateurs s'en balance d'économiser 2% de CPU ou de RAM ^^

Répondre
#6  - antistress a dit :

@ LasX : je le crois aussi. J'ai quelques scrupules à utiliser Ubuntu aujourd'hui car il me semble que cette distribution est une de celle la plus prompte à faire des compromis avec la liberté des utilisateurs (c-a-d faire passer les considérations pratiques avant la liberté). Quand je vois que Red Hat investit beaucoup en amont (dans le noyau, GNOME, Liberation fonts, le codec vidéo Theora. Le projet Nouveau de pilote pour chips nVidia c'est pas eux aussi ?) ça m'interpelle. Il faudrait que je me renseigne à ce sujet.

FabriceV : je ne connaissais pas PDF-Mod (et je ne sais pas non plus s'il existe des alternatives à ce logiciel) : ça a l'air joli mais évidemment son usage est très restreint (modifier un pdf n'est pas d'usage fréquent ; il m'arrive d'avoir besoin de récupérer des images d'un pdf mais c'est tout et alors j'utilise simplement la commande "pdfimages -j monpdf.pdf" ou bien j'ouvre le pdf sous Evince et je fait simplement glisser l'images hors du PDF vers le bureau ou un dossier pour l'extraire).

FabriceV et G-rom : J'imagine que la qualité des logiciels est avant tout une question de gouts. Je trouve l'interface de F-Spot horrible à utiliser et je n'aime pas d'avantage le principe de Tomboy que je ne trouve pas très efficace. A la place du premier vous pouvez essayer phraymd (en python, très complet, en dévelopement rapide) ou Shotwell (en Vala, plus simple, en dévelopement) voire jBrout (en python, multiplateforme) ou le classique gThumb (en C essentiellement, moins à l'aise avec les tags et plus approprié à un classement par arborescence) ; personnellement j'aime beaucoup phraymd qui est très efficace dans la gestion des tags.
kupfer est un logiciel en python similaire dans son principe à GNOME Do qui se développe aussi rapidement.
Gnote transpose Tomboy en C++ donc ceux qui apprécient le principe de Tomboy ne seront pas dépaysés ; moi je préfère KeepNote (en python) et son interface en 3 volets similaire à un logiciel de courriels.
Très honnêtement, je n'ai eu à faire aucun sacrifice de fonctionnalité en me passant de ces applications Mono, bien au contraire : je trouve les alternatives à la fois plus fonctionnelles et plus efficaces.
Mais même si les alternatives avaient été moins bonnes, je les aurai quand même choisies car il est toujours possible de les améliorer techniquement alors qu'on ne peut rien faire contre les brevets de Microsoft : le vice de conception dont sont entachés les projets Mono ne peut être réparé, on ne peut pas améliorer le logiciel sur ce point.

Répondre
#7  - t0p0 a dit :

@antistress

Personnellement, le premier lien vers la traduction de strider m'a largement plus convaincu que tes arguments : c'est précis et argumenté. Je ne vois pas la faille du raisonnement qui te fait appeler à la fuite. Restons sérieux : les principes sont importants, mais ils doivent pouvoir être expliqués logiquement. Ici, la passion prends le pas sur la raison.
Mais le plus important, c'est la liberté. Elle est valable aussi pour les développeurs qui choisissent mono, ne l'oublie pas. Elle est valable pour les utilisateurs aussi.
Donner son avis sur la question, est différent que d'appeler à fuir : il me semble qu'il y a du mépris et de la colère dans cette attitude. Un manque de respect aussi pour des développeurs qui passent beaucoup de leur temps à construire le libre avec mono.

Guerre intestine stérile.
Dissipons nos forces en se battant les uns contre les autres.

De toutes façon, c'est la qualité des applications qui fera la différence. Qualité au niveau du résultat, mais aussi de l'ouverture - dans le sens compréhension, maintenance, portabilité du code source.
Tu ne peux pas contrôler ça : c'est une chose qui se construit avec un travail de fond et sur le long terme.

Répondre
#8  - antistress a dit :

@ t0p0 : tu tentes de jeter le discrédit sur mon propos avec des ficelles classiques ("mépris", "colère", "manque de respect"). Soyons sérieux, il s'agit d'un billet construit et posé dans lequel nulle trace de colère ou de mépris tu ne trouveras. Ce genre de remarque ne m'incite pas à te répondre sur le fond mais je vais faire l'effort quand même car je suis un garçon posé ;-)
Tu dis "Donner son avis sur la question, est différent que d'appeler à fuir", permets-moi de te reprendre : mon avis sur la question est justement un appel à fuir, c'est mon droit. Libre aux gens de le suivre ou non. La liberté de choix nécessite cependant d'être éclairé c'est pourquoi, outre mon avis, j'ai relayé toutes les thèses même celles qui ont l'aval de Strider avec lequel je ne suis évidemment pas d'accord. Les arguments qui devraient te convaincre se trouvent en fait dans l'avant-dernier lien : la position construite de la FSF sur la question. Elle n'est pas avantagée dans mon billet car elle n'est pas traduite contrairement à celle de Jo Shields. J'en avais le projet, mais...

Répondre
#9  - lolo a dit :

Il faut tous faire pression sur debian, ubuntu et surtout gnome de ne pas utiliser du C#

Répondre
#10  - G-rom a dit :

Encore une fois je trouve que ça se résume trop à :
- boycottons C#
- Microsoft is evil

Pourquoi ?
La seule raison invoqué est celle de la non liberté et des brevets logiciels sur les bases de ce langage. Microsoft a tout de même un partenariat avec Novell et a promis de ne jamais attaquer sur ces brevets logiciel. Il est de toute façon dans son intérêt de voir les gens utiliser C# que ça soit via .Net ou Mono.
Laissez les gens utiliser le langage qui leur plait et les utilisateurs utiliser les logiciels qu'ils aiment. Cette chasse à la sorcière ressemble vraiment à une crise de jalousie envers « le grand méchant » qui pose un pied dans le jardin du libre sans y être invité et qu'il faut éjecter.
Et non je ne suis pas un développeur qui utilise C#, je n'aime pas ce langage, pas plus que Microsoft mais je comprend que certain puissent l'aimer contrairement à vous.

Répondre
#11  - G-rom a dit :

Et pour en rajouter une couche. Ce n'est qu'avec ce genre de comportement que vous allez faire preuve de manque d'ouverture et d'extrémisme et rebuter les gens.

Répondre
#12  - ulhume a dit :

@g-rom non mais gnome-do... voyons ! c'est l'appli qui est "que dalles" (sans offense hein ,elle est très bien, mais modeste en fonctionnalités). Lorsque tu tapes sur f-spot, genre en important un gros volume de photos, ou beagle avec l'indexation d'une myriade de docs, là on peut commencer à comparer (genre beagle vs tracker... difficile d'en venir à la photo pour départager ;-). Après localement, pour une application, on peut s'en moquer, mais si la tendance mono se développe, ça va devenir un peu plus sport. Genre avec un navigateur web en .Net, on va trouver que FireFox est une vraie bombe ;-)

Tient si ça t'intéresse vraiment, j'avais fait cela dans le temps :
http://arnumeral.fr/node/42

Répondre
#13  - billy a dit :

Mononono !!!
(http://tim.thechases.com/mononono/)

Répondre
#14  - Parisman a dit :

Le nom Mono me fait penser étangement à monothéisme

http://fr.wikipedia.org/wiki/Monoth%C3%A9isme

Répondre
#15  - Parisman a dit :

Le nom Mono me fait penser étangement à monothéisme
Aussi monopole

Répondre
#16  - billy a dit :

Tiens ça m'y fait penser, la source de mononono est-elle compilée pour frugalware ? Serait-il possible de la rajouter dans les dépôts ?

Répondre
#17  - antistress a dit :

@ billy : attention, pour mononono que j'utilisais à l'époque, ça ne marche plus depuis la version 9.10 d'Ubuntu car les noms des paquets Mono ont changé. C'est maintenant mono-runtime qu'il faut supprimer comme indiqué en fin de mon billet (mono-common n'est plus installé). J'ai adressé un courriel le 7 septembre dernier à Tim Chase à ce sujet mais j'ai pas eu de nouvelles

Répondre
#18  - antistress a dit :

@ ulhume : comme demandé dans les commentaires de ton billet, ça aurait été bien de comparer Python aussi. Perso je trouve les programmes python aussi performants que ceux exécutés directement mais bon souvent les programmes s'appuient sur du code compilé (PiTiVi et GStreamer, phraymd et pyexiv2...). Enfin je dis sûrement des âneries je ne suis pas développeur !

Répondre
#19  - Ulhume a dit :

@antistress le but du était de comparer les langages objets dits "managés" et pas de comparer tous les langages (y compris ceux de scripts comme perl ou python) car sinon, j'y serais encore à ré-écrire ce test ;-)

Ceci dit, non, tu ne dis pas d'anneries, beaucoup de ces langages (PHP en est un excellent exemple) s'appuient sur des librairies natives. C'est d'ailleurs pour cela que je ne m'amuserais pas à comparer les performances d'une application Java/Swing (interface graphique gérée en Java) et une Mono/GTK (interface graphique bindée sur une librairie native). Maintenant là où les performances peuvent être comparées, c'est là où se trouve le traitement à proprement parler. C'est pour cela que je parlais de Beagle et Tracker. Sur cet exemple, il n'y a pas de librairies natives sur lesquelles s'appuyer (si un peu tout de même ;-), et beaucoup de traitement en .Net entraîne des performances laaargement en dessous de tracker pour un travail équivalent.

Répondre
#20  - dhoko a dit :

Lol pas un brin de mono chez moi, non pas parceque ça vient de chez Microsoft mais d'une part je n'en ai pas besoin et d'autre par sans le dire clairement des responsables de Microsoft nous ont expliqué pourquoi ce n'est pas franchement utile.

Je cite: "on réinvente la roue..." alors pourquoi s'en servir ? Chez Microsoft ils essayent en ce moment de plagié une technologie pour la rendre meilleure, mais ils reconnaissent (officieusement) que ça ne sert pas à grand chose car ça existe déjà et marche depuis longtemps.

Dans ces conditions..

Répondre
#21  - retouchelibre a dit :

Je vais faire l'avocat du diable !
Je ne suis pas particulièrement friand de ce que produit Microsoft, seulement je travaille dans une SSII et mes responsables m'ont demandé de me former à .NET pour répondre à la demande de clients. Comme certains framework sont plutôt bien foutu (la partie System.Data, par exemple), je me suis dit : pourquoi ne pas regarder comment cela a été porté sur Linux par curiosité.
Maintenant, pourquoi certaines entreprises souhaitent que leurs applications soient écrites en C#/.NET ? Je répondrais cyniquement que c'est leur problème et que cela me fait du boulot. En plus, lorsqu'il y aura une autre technologie "toute nouvelle, toute belle"" et qu'ils voudront que nous portions leurs applications sur cette nouvelle technologie cela me fera de nouveau du boulot.

Répondre
#22  - billy a dit :

@antistress Merci pour la remarque. il suffit de modifier la source (qui fait moins d'un kilo-octet). En ce qui concerne ton mail, je pense que peut-être a-t-il été déjà contacté par des parti d'Icaza ou ce dernier lui-même... Je dis ça, je dis rien...

Répondre
#23  - Diceroll a dit :

Très bon article. Je suis assez d'accord avec l'analogie du grand méchant loup. Personnelement je désinstalle (et n'installe rien) ayant trait a mono/C#. D'ailleurs je ne vois aucun interets dans ce langage. C'est quand même pas les alternatives libres qui manquent...

Répondre
#24  - kiddo a dit :

Je crois que tu vas un peu trop loin... tu me motives à sortir de ma torpeur et réfléchir à un contre-argumentaire.

Répondre
#25  - Ulhume a dit :

Un truc auquel je pense (avec un peu de retard ;-) qui pourrais un peu alimenter concrètement la méfiance vis à vis de Mono, c'est la "stratégie" de Miguel de Icaza qui est un peu à l'origine de cette drôle d'adoption.

En effet, la chose que je n'ai jamais compris à ce sujet c'est pourquoi tous ces projets n'ont pas basculé sous Java à partir du moment où cette plateforme est devenue, elle, complètement libre. Techniquement .Net est un clone de Java que Microsoft a créé à la suite du désaccord/procès avec SUN concernant les ajouts que Microsoft voulait faire pour sa paroisse à la plate-forme. Toujours sous un angle technique, il y aurait fallu très peu de chose pour récupérer sous Java les quelques avantages (principalement la gestion des assemblies) de .Net.

Alors je veux bien croire à une question de calendrier (Java n'est devenu totalement libre qu'un peu après le début de l'adoption de Mono) mais à l'époque (2006) tout était encore assez jeune pour qu'un changement de cap soit jouable.

Aujourd'hui le binding Java/GTK qui est la clef pour que des applications de bureau puisse être écrite en Java et non en Microsoft .Net, est bien peu vivasse, et c'est dommage car sans cela, une véritable alternative livre à .Net n'existera pas.

Répondre
#26  - antistress a dit :

@ kiddo : je suis impatient de te lire

@ Ulhume : interessant, je ne connaissais pas cet historique

Répondre
#27  - antistress a dit :

eskan a fait un billet expliquant d'un point de vue technique pourquoi Mono n'est pas la panacée pour lui, qui pourra compléter l'aspect libriste évoqué ici http://aptgetinstall.free.fr/index.php?2010/03/03/70-pourquoi-j-arrete-mono

Répondre
#28  - antistress a dit :

Le billet de kiddo défendant mono est en ligne : http://jeff.ecchi.ca/blog/2010/03/03/a-la-defense-de-mono/ (j'y réponds dans les commentaires)

Répondre
#29  - LeDucDuBleuet a dit :

Je suis bien d'accord avec toi AntiStress!

Comme bien du monde je me suis fais prendre par F-Spot et Tomboy... Mais j'ai découvert gThumb et gNote que je prèfère!

sudo apt-get autoremove --purge mono-runtime

Vive la liberté!

Répondre
#30  - yoyo a dit :

Bonjour,
Je me sens un peu obliger de réagir, étant un développeur .NET et mono.

Contrairement à vos dire, il n'y a aucun risque pour l'utilisateur et même pour nous autre développeur d'utiliser mono. et les histoires de brevet ont déjà été éclaircie depuis maintenant quelque année.

Dans ses conditions, pourquoi appeler a fuir mono qui est 100% libre ?

bref, j'ai l'impression que vous chercher des failles juridiques pour le plaisir de casser du sucre sur le dos des programmes mono.

Si vous ne voulez pas utiliser de programme sous mono, c'est votre choix, mais c'est un peu comme ne pas vouloir utiliser de programme sous JAVA, C ou C sous prétexte qu'ils sont développer dans ses langages.

Bref c'est pour moi un non sens.

Apres ce n'es que mon avis....

;)

Répondre
#31  - antistress a dit :

@ yoyo qui dit : "les histoires de brevet ont déjà été éclaircie depuis maintenant quelque année"
si seulement c'était le cas, mais ce n'est pas ce que Microsoft souhaite http://libre-ouvert.toile-libre.org/?article12/

Répondre
#32  - yoyo88 a dit :

@antistress
les prommesses sont suffisament claire, l'on peut utiliser pratiquement l'emsemble du framework .net, sauf les quelques parties breveter. (pour faire cour...)

bref pour eviter tous problémes, si l'on souhaite develloper en mono, il suffit de develloper son application sans ses technologies breveter. (se qui est relativement simple)

Apres le probléme que j'ai avec votre article c'est qu'il apelle clairement à ne pas utiliser les application tournant avec mono. Se que je trouve ridicule t'en le risque pour l'utilisateur et nul.

En se qui conserne l'avie de la FSF, je pense que de toute façons ils ne serront pas content t'en que microsoft n'aurra pas liberer le .net et GPL. Se qui n'arrivera sans doute jamais.

Autre point : utiliser un application mono ne signifie pas utiliser l'ensemble du framework .net (et donc les parties breveter)

Bref si vous avez des doute sur une application mono, regarder les sources, et vous verrez que les developpeur sont suffisament inteligent pour ne pas utiliser les parties breveters.

Répondre
#33  - antistress a dit :

@ yoyo88 : je refuse de faire une confiance aveugle aux développeurs car leur job est de développer des applis dans le respect du cahier des charges et ce n'est pas eux qui assument le risque lié à Mono une fois l'appli livrée.
L'intérêt des dév n'est pas nécessairement celui des utilisateurs, il ne faut pas être crédule (1)

La position de la FSF est de bon sens : une licence d'exploitation irrévocable de tous les brevets dont Mono fait actuellement usage est la seule garantie.

La GPL est indifférente : elle a trait au droit d'auteur. Là c'est une question de brevets logiciels dans les pays qui reconnaissent ce système néfaste. Seule une licence d'exploitation en bonne et due forme peut régler la question. Microsoft et son armée de juristes le sait bien et ce n'est pas une hasard si ils proposent des demi-mesures que l'on dirait rédigées par des étudiants de 1re année en droit : ils ne veulent pas renoncer à leurs armes contre la communauté du logiciel libre et Mono a cela d'extraordinaire qu'une certaine partie de la communauté forge les armes que Microsoft pourra utiliser contre l'ensemble de la communauté si l'on n'y prend garde.
http://libre-ouvert.toile-libre.org/?article12/pour-la-fsf-la-promesse-de-microsoft-concernant-mono-sonne-creux

(1) voir dans une autre matière le cas des dév web souligné par Thom Holwerda (article traduit ici http://www.framablog.org/index.php/post/2010/03/29/mozilla-video-html5-ogg-theora-h264 )

Répondre
#34  - yoyo88 a dit :

quelques points à noté :

L'on peut tous a fait utiliser, le framework .net dans sont application sans rien demander a microsoft.

c'est un point important que vous avez oublier me semble t'il.

cela signifie qu'une application developper avec se framework peut etre redistribuer sans l'accord de microsoft, vendu ou non ext..

(c'est pour cela que certaines application C# peuvent etre distribuer en GPL)


Bref si des attaques venaisent a se faire sur la partie breveté, c'est le framework mono et non pas sur les applications qui se ferrai attaqués.

Donc dans le pire des cas, certaines applications ne marcherai plus. le temps que novel vremplace le code incriminés...

Une pratique courante dans le monde linux.

De plus, la partie dite breveté et séparer du reste du framework.

Répondre
#35  - antistress a dit :

Monofree: Keep mono from your system (monofree will clean Mono 2.0 and it's applications from your system)
http://nocturn.vsbnet.be/content/monofree-keep-mono-your-system

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.