DADVSI, HADOPI, LOPPSI, ACTA, neutralité du Net : même combat

Rédigé par antistress le 11 décembre 2009 - Aucun commentaire

Dessin humoristique : La musique sans DRM c'est comme l'air qu'on respire ; ça ne semble pas important jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus

Avec un peu de recul on s'aperçoit que les batailles menées ces dernières années contre les lois néfastes comme DADVSI et HADOPI et, prochainement, la loi LOPPSI et le traité ACTA, ainsi qu'en faveur de la neutralité d'Internet, ont toutes un objectif commun : la défense des libertés traditionnelles à l'ère du numérique.

Ainsi, on l'a vu [1], le principe de neutralité du réseau conditionne la liberté d'expression. Si, en amont, on n'a pas le principe de neutralité du réseau, on n'a pas la liberté d'expression.

C'est un lieu commun que de dire que la technologie peut être à la fois une source de progrès et un facteur de régressions.

Ces deux composantes se trouvent pourtant exacerbées aujourd'hui.

Des progrès décisifs, des régressions prévisibles

Nous avons connu des progrès extraordinaires en matière de communication avec l'essor d'Internet :

  • Internet offre un vaste moyen de communication et d'expression à faible coût : toute la planète enfin reliée !
  • Internet offre également un vaste moyen de partage du savoir et de la culture.

Mais, en même temps, les nouvelles technologies sont utilisées pour restreindre arbitrairement les libertés : filtrage, dispositifs de contrôle des usages (D.R.M.), etc.

Les industriels s'arrogent dorénavant le droit de s'immiscer dans votre sphère privée pour contrôler vos usages : à quel site vous pouvez vous connecter, quel livre vous pouvez lire et combien de temps et si vous avez le droit de le prêter, de le donner ou de le revendre...

De véritables menottes numériques sont forgées avec la bénédiction des gouvernements de tous bords poussés par les grands groupes privés à dimension internationale.

Étant personnellement amateur de tennis, il m'arrive de m'étonner de pouvoir encore librement choisir quelle marque de balle utiliser avec ma raquette lorsque je pratique dans mon club. Finalement, si je conserve cette liberté c'est uniquement parce que le numérique n'a pas encore « contaminé » le jeu et que les balles comme les raquettes sont pour le moment encore dénuées d'électronique.

Demain des D.R.M pourraient m'imposer l'utilisation de balles de même marque que ma raquette, mais aussi d'utiliser la marque de raquette qui sponsorise mon club qui pourrait lui-même instaurer un filtrage en cloisonnant les joueurs et en ne m'autorisant l'accès qu'à certains.

Il va falloir se battre pour conserver aujourd'hui les libertés dont nos parents jouissaient hier.

On s'aperçoit qu'un certain nombre de libertés qui allaient de soit pour nos parents sont remises en cause aujourd'hui simplement parce que « le passage au numérique » donne à quelques uns les moyens de le faire.

Finalement nous découvrons avec effarement que la garantie principale d'un certain nombre de libertés résidait en fait dans l'incapacité technique de les remettre en cause, d'avantage que dans une quelconque volonté politique ou que dans la combinaison d'un système de normes contraignantes et d'institutions chargées de les faire respecter. Ces libertés ne sont tout simplement pas gardées et cèdent du terrain sous les coups de boutoir répétés de quelques acteurs privés aidés par les différents gouvernements.

Aujourd'hui l'évolution technologique donne la possibilité à quelques uns de rogner les libertés de tous, et seule une farouche volonté politique permettra de rétablir la balance.

A lire : « Le droit de lire » de Richard Stallman... 13 ans après ! sur le Framablog

________

[1] Lire « Pourquoi la neutralité du Net est importante » : première et deuxième parties

Ceci est un article issu de l'ancienne version du site.

Écrire un commentaire

NB : en publiant votre commentaire, vous acceptez qu'il soit placé sous la licence CC BY-SA comme indiqué aux conditions d'utilisation du site

Quelle est la quatrième lettre du mot loszx ?