Pourquoi la neutralité du Net est importante (deuxième partie)

Rédigé par antistress le 04 décembre 2009 - Aucun commentaire

Manifestation pour la neutralité du Net

Dans le précédent billet nous avons vu ce qu'était techniquement la neutralité d'Internet ; je vais à présent tenter d'expliquer pourquoi la neutralité du Net est importante.

La neutralité d'Internet est importante à double titre

Économiquement, il est opportun qu'Internet soit neutre

Internet permet l'accès à de nombreux contenus et services.

Entre le fournisseur de contenus à un bout et l'internaute à l'autre bout, une communication s'établit par l'intermédiaire des opérateurs du réseau.

Les revenus tirés par le fournisseur de contenus (en général grâce à la publicité, le modèle du « gratuit » prévalant sur Internet) sont sans commune mesure avec ceux perçus par les opérateurs du réseau et attirent la convoitise de ces derniers.

Les opérateurs, succombant à l'un des sept péchés capitaux, cherchent à récupérer une partie de cette manne financière.

Pour un opérateur de réseau, c'est presque trop facile : il suffit de rançonner les fournisseurs de contenus contre la garantie du bon acheminement de ces derniers.

Voilà le nouveau « modèle économique » inventé par les opérateurs du réseau : en filtrant les communications il devient possible de donner la priorité au trafic des fournisseurs de contenus les mieux-disants.

Par cette simple idée de manipulation des débits, née d'un banal – mais méprisable – sentiment de convoitise, les opérateurs décrètent la mort d'Internet en tant que réseau fondamentalement neutre (voir la première partie de l'article) et signent l'avènement d'un nouveau réseau dans lequel les internautes perdront leur liberté de choisir les contenus et les services qu'ils préfèrent et se verront imposer ceux des fournisseurs partenaires de leur opérateur.

* Du point de vue de l'internaute, permettre le filtrage du réseau c'est permettre que chaque F.A.I. redéfinisse Internet pour ses clients. De la sorte deux internautes se connectant à deux endroits différents ne verront plus le même Internet.
De ce point de vue, tout l'enjeu de la neutralité du réseau est donc de préserver l'unicité d'Internet et le libre choix de l'internaute.

* Du point de vue des fournisseurs de contenus et services, autoriser le filtrage du réseau c'est ouvrir la porte au racket organisé : « si tu ne paies pas, au mieux je réduis l'accès à ton service ou à ton contenu ». Cette façon de faire conduira inéluctablement à la concentration des acteurs (les petits disparaissant faute d'une solvabilité suffisante) et à empêcher l'innovation et l'émergence de nouveaux acteurs (qui ne pourront s'acquitter du ticket d'entrée).
La concurrence entre fournisseurs de contenus et services se fera alors par des accords financiers au lieu de se faire par l'innovation.

De la même façon, pour peu que l'opérateur de réseau soit lui-même fournisseur de contenus, il lui sera facile d'éradiquer la concurrence et assurant le meilleur accès à ses propres contenus et services.
Hasard ou coïncidence, les acteurs du réseau se sont lancé dans une politique de « convergence » (dont Jean-Marie Messier s'était fait le champion dès le début de la décennie au nom de Vivendi) visant à cumuler les casquettes d'opérateur de réseau ET de fournisseur de contenus [1]. Et quelle meilleure façon de valoriser cette convergence que de favoriser ses propres contenus ?

De ce point de vue, tout l'enjeu de la neutralité du réseau est d'empêcher un contrôle centralisé et de maintenir la concurrence par l'innovation afin de permettre aux prochains Yahoo!, Google, Napster, Wikipedia, Netvibes, delicious, Flickr, YouTube, Dailymotion, eBay, MySpace, Deezer, Facebook ou Twitter d'émerger.

Ce n'est pas un hasard si la question de la neutralité d'Internet arrive aujourd'hui sur la place publique : un combat de titans est à l'œuvre entre les géants des télécoms d'un côté et les géants du Web de l'autre. Coincé au beau milieu, se trouve l'internaute dont la destinée numérique sera écrite par le vainqueur.

Politiquement, Internet doit être neutre

Internet c'est bien plus qu'une gigantesque offre de contenus et de services en ligne à destination des consommateurs.

Internet c'est, pour chaque citoyen, un moyen d'accès à l'information et un moyen de communication et d'expression.

Le Conseil constitutionnel vient de le rappeler avec force dans sa décision rendue le 10 juin 2009, à l'occasion de l'examen de la loi « favorisant la diffusion et la protection de la création sur Internet », dite loi HADOPI, en énonçant que la liberté fondamentale d'expression implique le droit d'accéder à Internet [2] :

Considérant qu'aux termes de l'article 11 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 : " La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi " ; qu'en l'état actuel des moyens de communication et eu égard au développement généralisé des services de communication au public en ligne ainsi qu'à l'importance prise par ces services pour la participation à la vie démocratique et l'expression des idées et des opinions, ce droit implique la liberté d'accéder à ces services.

Quel rapport avec la neutralité d'Internet ?

Pour répondre à cette question, arrêtons-nous un instant sur la notion de communication.

La communication consiste à transmettre un message.
Elle met en jeu un émetteur et un récepteur.
Mais aussi un intermédiaire chargé de transporter le message.

Quand vous dialoguez face à face, « de vive voix », l'air joue ce rôle d'intermédiaire : en vibrant il véhicule le son. L'air est supposé neutre par principe car dénué d'initiative.
Parfois l'intermédiaire est une personne : le messager qui porte un message sur une longue distance, par exemple. On comprend sans peine que l'intermédiaire doit faire preuve d'une parfaite impartialité pour ne pas altérer le message sous peine de déformer la communication : dans le cas contraire le récepteur aura reçu un message différent de celui émis.

L'évolution technologique a créé de nouveaux intermédiaires permettant de délivrer un message avec une efficacité accrue : plus rapidement, plus loin, vers un plus grand nombre d'individus.

Différents médias permettent ainsi aujourd'hui une diffusion de masse : la presse, la radio, la télévision, Internet. Ils jouent le rôle d'intermédiaires entre un émetteur et une multitude de récepteurs.

L'exigence de neutralité dans le cas d'Internet correspond ni plus ni moins à l'exigence d'impartialité requise pour le messager.

Au fond il n'y pas de communication possible si l'intermédiaire n'est pas neutre car la communication – qui a pour objet de faire passer un message – perd tout sens sens si le message est déformé.
C'est pourquoi Internet, en tant que moyen de communication, doit être neutre.

Mais la question de la neutralité se pose, il me semble, de manière encore plus aiguë pour Internet que pour les autres médias : l'importance de cette question dans le cas d'Internet est à la mesure de l'importance de ce média pour notre société.

Loin de n'être qu'un moyen d'accès à l'information à l'instar des autres médias de masse (ce qui suffirait déjà à justifier que sa neutralité soit garantie), c'est aussi un moyen inédit d'expression qui, par sa portée mondiale et son architecture multi-directionnelle et ouverte (voir la première partie de l'article), permet pour la première fois à tout un chacun de communiquer avec la multitude de ses semblables.

C'est dire que les particuliers ont dorénavant un moyen de communication leur offrant potentiellement la même audience que celle qui était jusque là réservée à quelques grands groupes de médias.

Pour bien prendre la mesure du phénomène, je ne peux m'empêcher de citer à nouveau Benjamin Bayart :

L'imprimerie a permis au peuple de lire, Internet va lui permettre d'écrire.

Le potentiel démocratique de ce nouveau média est inouï. Voilà pourquoi la neutralité d'internet doit être garantie : pour permettre au citoyen d'exercer comme jamais sa liberté d'expression.

Conclusion

Nous venons de voir toute l'importance de la neutralité d'Internet :

  • sans elle, Internet n'est plus unique (deux internautes en deux points différents du réseau n'accéderont pas au même Internet) et l'internaute perd son libre choix en se voyant imposer la sélection de services et de contenus définie en amont par son F.A.I.,
  • sans elle, la concurrence entre fournisseurs de services et de contenus s'exercera par la taille de leur portefeuille et non par leur capacité à innover,
  • sans elle, la liberté d'expression n'est pas garantie.

À tous points de vue (technique, économique ou politique), la neutralité d'Internet est un principe qui mérite d'être défendu.

Le billet suivant fera office de conclusion ouverte.

NB : cet article est largement inspiré des multiples interventions de Benjamin Bayart ; qu'il soit ici remercié pour son activisme et félicité pour son talent.

À lire :

Et aussi : Interview de Benjamin Bayart donnée à Liberation.fr le 20 août 2009 (sur deux pages)

A écouter :


[1] Vivendi, par exemple, possède – de manière assez impressionnante – les tuyaux (SFR, Neuf Cegetel) et les contenus : musique (Universal Music Group), cinéma et télévision (Groupe Canal+ et une partie de NBC Universal) et jeux vidéo (Activision, Blizzard).
France Telecom/Orange, qui possède historiquement les tuyaux, a lancé récemment une vaste politique d'investissement dans les contenus : la TV d'Orange (bouquet de chaînes payantes dont certaines faites maison bénéficiant de divers contrats d'exclusivité de diffusion, ainsi qu'un service de vidéo à la demande), pour commencer, puis WorMee et RadioMee dans le domaine de la musique en ligne, pour continuer.
À l'inverse, Bouygues, qui possédait déjà – entre autres choses – les contenus (TF1 et les autres chaînes du groupe : Eurosport, LCI, TV Breizh, Odyssée, Histoire, mais aussi partie du groupe de presse gratuite Métro), se développe dans les tuyaux (Bouygues Telecom vient de lancer une offre « quadruple play » en ajoutant à la téléphonie mobile l'accès Internet haut-débit, la téléphonie fixe et la télévision).
Iliad/Free, en revanche, semble se concentrer sur les tuyaux sans chercher à se positionner en tant qu’éditeur ou producteur de contenus : tout juste notera t-on des accords de diffusion de chaînes de télévision (dont celles du groupe Canal+) dans le cadre de son offre « triple play » mais qui, finalement, ne font que consacrer son rôle d'intermédiaire entre l'internaute à un bout et les services et contenus à l'autre bout. A noter toutefois que Free propose son propre service de vidéo à la demande (Free Home Vidéo ou FHV) en plus des services concurrents (TF1, M6, Canal+...).
[2] On saluera l'efficacité et la concision des formulations de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 comme de celles du Conseil constitutionnel. A comparer avec la longue Déclaration des droits de l’homme sur Internet publiée courageusement par un groupe de 15 intellectuels chinois, qui tient d'avantage d'un inventaire à la Prévert.

Ceci est un article issu de l'ancienne version du site.

14 commentaires:

Malrepast 4 décembre 2009 17:47
Je me permettrai d'ajouter un lien à la suite de ton billet (désolé si celui-ci a déjà été donné ca servira de piqûre de rappel ^^) vers une conférence audio de Benjamin Bayart, sur la Neutralité du Net et liberté d'expression
Durant un peu plus d'une heure il résume et explicite admirablement les tenants et les aboutissants des menaces qui frappent aujourd'hui aux portes d'Internet
Vaste sujet et ô combien intéressant quoi qu'il en soit :)
antistress 5 décembre 2009 18:56
Merci. Il y a aussi cette intervention de Benjamin Bayart sur oxy.radio où il revient sur les 3 types d'acteurs qui veulent remettre en cause Internet, sa neutralité et la liberté d'expression :
- ceux dont les industries sont remises en cause (ex : l'industrie musicale qui vivait de la vente de supports physiques),
- les opérateurs qui veulent être payés non plus au nombre d'abonnés (30€ par mois par abonnés) mais en fonction du volume d'argent brassé sur Internet (ex : tu achètes un produit ou un service, ils voudraient leur part),
- ceux qui avaient le monopole de l'expression publique : médias traditionnels, politiques, journalistes, syndicats (ex : le blogue d'Eolas qui a plus d'audience que la majorité des quotidiens. Tout le monde peut accéder à la parole publique et ça fait peur aux anciens monopoles de la parole)
Malrepast 5 décembre 2009 19:45
les 3 acteurs sont aussi évoqués lors de la conf de toulouse :)
j'ai regardé la conf hier sur le minitel 2.0 (que je n'avais pas eu l'occasion de voir avant), et j'ai trouvé ca très instructif, d'autant plus qu'il évoque certains de me anciens employeurs (FT/Wanadoo/Orange et 9/Cegetel pour ne pas les citer) même si certaines de ses prises de position sont un peu extrêmes à mon goût :)
Ce que je retiens de tout ceci est effrayant et déprimant à la fois, on peut tout de même essayer de se rassurer en se disant qu'Internet vit aujourd'hui les mêmes menaces/attaques que l'imprimerie en son temps et que celle-ci à quand même fini par s'imposer à tous (toute la question est de savoir si nous seront encore vivant pour le voir ?) :/
antistress 5 décembre 2009 20:07
"les 3 acteurs sont aussi évoqués lors de la conf de toulouse"
anéfé je suis en train d'écouter ;-)
"Ce que je retiens de tout ceci est effrayant et déprimant à la fois"
oui, ça pousse fort
Il y a des choses à faire, comme devenir membre de FDN (sans forcément prendre un abonnement ADSL chez eux) pour 15€/an pour leur donner plus de poids quand ils vont discuter avec les responsables politiques
Malrepast 6 décembre 2009 20:05
l'adhésion c'est 15+15 (30.48€ exactement la première année) mais bon c'est un petit effort que je suis prêt à faire tant il est aussi utile qu'indispensable.
Bon il ne me reste plus qu'a envoyer l'autorisation de prélèvement
antistress 6 décembre 2009 23:39
Je vais envoyer ça demain pour ma part. Je serai donc FDNien en plus d'Aprilien bientôt :-)
Pour le FAI j'hésite car les tarifs pour la fibre sont pas donnés mais j'imagine que ça devrait baisser en se démocratisant
Malrepast7 décembre 2009 10:51
Tu repasses dans l'apéro du captain si je ne m'abuse dans quelques semaines, une belle occasion pour leurs ramener des formulaires d'adhésion (si ca n'est pas déjà fait) en plus en direct ils ne pourront pas refuser de signer sous peine d'avoir la loose devant les fanboys
(quoi que sur cet aspect là je les soupçonne de s'en tamponner allègrement le coquillard)-_-
Concernant la partie FAI de FDN je ne m'y suis pas intéressé (la partie hébergeur par contre elle m'intéresse :) ) car de toute façon vu la plaque ADSL sur laquelle je suis, il ne me proposera pas mieux que les autres en terme de débit pas tant qu'une solution FTTx ou DSLAM plus proche ne sera implémentée sur ma commune en tout cas :/
Aprilien c'est pas pour moi parait que les buffets sont inexistants, voir de médiocre qualité quant ils existent, le libre ouais ok pourquoi pas, mais du pâté sur un bout de pain en guise de petits fours, on est pas des clodos (ou des chasseurs ca marche aussi :p ) bordel !! ^^ )
antistress 9 décembre 2009 20:09
"une belle occasion pour leurs ramener des formulaires d'adhésion"
C'est pas bête comme idée mais c'est clair qu'ils n'ont pas une grande réceptivité aux idées de liberté pour le moment, sauf peut être LTP pour la neutralité du Net et Manox en général
J'ai imprimé mes demandes d'adhésion et de prélèvement, du coup j'envoie pas de chèque avec ?
Malrepast 11 décembre 2009 18:01
Raaaah les gueux (surtout le captain et kwakos en fait) ces deux esprits frivoles et superficiels Honnis soient-ils !!! ^^
nop par contre faut leurs renvoyer l'autorisation signée de prélèvement sur ton compte afin qu'ils puissent légalement le vider, et se tirer en lingoushi où aucun traité d'extradition n'existe, avant que tu t'en aperçoives :)
antistress 11 décembre 2009 18:25
c'est bien ce que j'ai posté hier, donc je suis sur le point d'être adhérent (et fauché), je vais pouvoir l'inscrire dans le cadre en haut à droite de mon blogue (que je suis adhérent, pas fauché ;-)
Malrepast 13 décembre 2009 19:22
Sinon pour revenir à la neutralité du net il y a en ce moment un conflit entre bfmtv et canal+ qui vient d'être tranché à la faveur de BFmtv pour une part (puisque ca part en appel) par la justice et qui est assez intéressant puisqu'on y parle de notions comme la neutralité des tuyaux, d'abus de position dominante, de main mise sur le contenu proposé etc.
Une affaire à suivre d'après moi car nul doute qu'elle apportera de l'eau au moulin de tous les défenseurs de la neutralité du Net :)
antistress 13 décembre 2009 19:30
ha oui c'est intéressant, je savais pas, l'histoire est relatée ici (avec les liens connexes).
Tu devrais ouvrir un blogue, au fait.
Malrepast 14 décembre 2009 11:35
il est ici aussi
"Sur le fond, cette affaire pose la question de la neutralité technologique du distributeur. Un opérateur privé, au motif qu’il maîtrise le tuyau, peut-il décider seul du contenu d’information qui sera mis en avant comme une vulgaire tête de gondole dans un supermarché ?"
Un questionnement facilement transposable aux FAI/ISP (entre autre) :)
Pour le blogue pas le temps surtout l'envie en fait je crois :)
antistress 29 mars 2010 13:09
Malrepast : sur l'affaire bfmtv/canal+ tu étais clairvoyant, la neutralité des tuyaux télévisuels s'invite dans le débat sur la neutralité du net

Écrire un commentaire

NB : en publiant votre commentaire, vous acceptez qu'il soit placé sous la licence CC BY-SA comme indiqué aux conditions d'utilisation du site

Quelle est la première lettre du mot wxdm ?