Une illustration très concrète de ce qu'est un logiciel libre

Rédigé par antistress le 25 février 2009 - Aucun commentaire

Carte mère vue du dessus

Vous savez tous ce qu'est un logiciel libre, ce qui le définit :

L'expression « Logiciel libre » fait référence à la liberté pour les utilisateurs d'exécuter, de copier, de distribuer, d'étudier, de modifier et d'améliorer le logiciel.

Plus précisément, elle fait référence à quatre types de liberté pour l'utilisateur du logiciel :

  1. La liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages.
  2. La liberté d'étudier le fonctionnement du programme, et de l'adapter à vos besoins.
  3. La liberté de redistribuer des copies, donc d'aider votre voisin.
  4. La liberté d'améliorer le programme et de publier vos améliorations, pour en faire profiter toute la communauté.

Pour les libertés 2 et 4, l'accès au code source est une condition requise.

Une analogie simple permet de bien comprendre l'intérêt d'avoir accès au code source des logiciels que l'on utilise :

Un logiciel libre est un logiciel garantissant un certain nombre de libertés à ses utilisateurs.

Nous allons procéder par analogie en comparant le code source d'un logiciel à une recette de cuisine.

Imaginons que vous vous trouvez dans un restaurant et que vous mangez un excellent plat. Peut-être aurez-vous l'envie de pouvoir le cuisiner chez vous pour vos amis ?

C'est impossible si vous n'avez pas la recette du plat. Vous pouvez toujours le manger dans le restaurant, mais même si vous connaissez le goût, vous ne savez comment le reproduire. La liberté d'échanger des recettes de cuisine est essentielle pour les cuisiniers comme pour les simples gourmets.

En informatique, il en va de même pour un logiciel.

Le code source est la recette, le binaire est le plat déjà cuisiné. La plupart des logiciels dits logiciels propriétaires sont distribués sans leur code source et il est interdit d’essayer de comprendre leur fonctionnement, de les partager avec vos amis ou d’essayer de les modifier pour les adapter à vos besoins.

Pourquoi ces rappels ?

Certes au quotidien je bénéficie des bienfaits des logiciels libres qui, par nature, recourent à des formats ouverts (qui me garantissent indéfiniment le libre accès à mes données) et ne prennent pas des décisions contre les utilisateurs dans l'intérêt d'une société commerciale éditrice de logiciels à qui il faudrait faire aveuglément confiance (un fork étant toujours possible s'agissant de logiciels libres).

Mais hier j'ai eu une nouvelle illustration du degré de liberté (et donc de confiance) accordé par les auteurs aux utilisateurs de logiciels libres.

J'avais rempli un rapport de bogue concernant la nécessaire adaptation de Specto au nouveau système de notifications introduit par Ubuntu 9.04 Jaunty Jackalope.

Il semble en effet que le nouveau système de notifications d'Ubuntu ait pour effet de transformer les bulles de notifications éphémères affichées dans l'angle de l'écran en boites de dialogue persistantes centrées à l'écran lorsque la bulle de notification comprend des boutons autorisant des actions (exemple : vous avez reçu un courriel + cliquer pour l'ouvrir) [1].
Dans le cas de Specto, les bulles de notifications permettent une action lorsqu'elles s'affichent pour prévenir que l'élément observé a été modifié, de sorte qu'elle sont automatiquement transformées en boites de dialogue persistantes sous Jaunty, ce qui est très gênant en pratique (bonjour l'accumulation de boites de dialogues superposées les unes aux autres).

Un des développeurs a proposé pour commencer de supprimer les boutons de la bulle de notification pour s'assurer que Jaunty les affiche comme telles.

Extrait du dialogue (je précise que je n'ai aucune compétence en programmation) :

Lui :
So if I understand correctly we only have to remove the buttons from the notification and it will become compatible?

Moi :
i guess
i can test a development version if you want

Lui :
If you have the code from the main branch:
/spectlib/balloons.py
remove line 67 to 71
and let me know if it works!

J'ai essayé et ça marche.

Mais surtout, quelle parfaite illustration de la liberté induite par les logiciels libres !

Imaginez-vous ce même dialogue avec les ingénieurs de Microsoft ("please remove line 67 to 71 from Windows and let me know if it works") ?!

J'avais la recette du plat sous les yeux, le Chef n'avait pas tous les ingrédients sous la main alors que moi oui (j'avais installé la version de développement d'Ubuntu 9.04), il m'a dit comment modifier la recette et j'ai pu goûter la nouvelle version du plat.

Grisant.

Lire aussi Why I am into Free Software par Olivier Tilloy, le français derrière pyexiv2 notamment.


[1] un des concepts du nouveau système étant que les bulles de notification ne permettent plus de réaliser des actions

Ceci est un article issu de l'ancienne version du site.

Écrire un commentaire

NB : en publiant votre commentaire, vous acceptez qu'il soit placé sous la licence CC BY-SA comme indiqué aux conditions d'utilisation du site

Quelle est la quatrième lettre du mot jmuql ?