Qu'est-ce qu'un geek aujourd'hui ?

Qu'est-ce qu'un geek ?

La réponse à cette question n'a rien d'évident.

En tout cas jusqu'à récemment : car la notion de geek a évoluée. On est passé du geek-bidouilleur au geek-consommateur au fur et à mesure que l'outil informatique se démocratisait. Du coup, la définition est bien plus aisée aujourd'hui.

publicité pour iphones

Une victime de la mode

Le geek d'aujourd'hui est friand de gadgets high-tech. Cette prédisposition est renforcée par d'habiles campagnes marketing dont l'objet est de rendre désirable tel ou tel produit au plus grand nombre. Le geek moderne est une victime de la mode.

Le slogan think different écrit dans des iphonesLe slogan think different écrit dans des iphones (suite)

La contamination marketing de quelques membres prescripteurs d'une tribu accroît encore l'effet de ces campagnes : la notoriété ainsi obtenue de telle ou telle marque au sein de la tribu créée une forte pression sociale à l'achat de gadgets dont l'image est « cool ». L'achat s'impose alors, pour être à parité avec les autres membres de la tribu. Le geek d'aujourd'hui adopte le plus souvent le comportement d'un mouton.

Un mouton étiqueté au moyen d'un code-barres

Un faux expert ès nouvelles technologies

C'est l'évolution la plus marquante : contrairement au geek d'hier, le geek d'aujourd'hui ne montre pas d'habilité particulière dans le maniement et la compréhension globales des outils informatiques. En revanche il a une maîtrise très ciblée de certains usages de l'outil (comme surfer sur le Web, garder le contact en ligne avec sa tribu, utiliser tel gadget high-tech etc.) qui créent l'illusion qu'il maitrise l'outil lui-même. La plupart des geeks modernes ne se soucie pas des mécanismes qui rendent possibles ces usages ni n'appréhende la portée de leurs activités, notamment les risques en termes de sécurité ou les conséquences en matière de vie privée et de libertés.

Une femme enchainée par le câble de son ipod avec pour légende : tout est sous contrôle : le nôtre
Tout est sous contrôle. Le nôtre.

C'est tout ?

J'ai bien conscience que les affirmations de ce billet ne sont absolument pas étayées : il s'agit purement de mon ressenti des choses, qui repose sur les comportements que j'observe autour de moi.

Toutefois, sur la question des geeks d'aujourd'hui qui ne sont pas des bidouilleurs, je vous renvoie à une interview très intéressante de Jean-Noël Lafargue (« Les jeunes ne sont plus intéressés par l’outil-ordi » sur laquelle il revient sur son propre blogue) qui complétera parfaitement mon billet.

Deux remarques pour finir :

Premièrement, Apple est omniprésent dans ce billet car il me semble difficile aujourd'hui d'être un bon geek (au sens développé dans ce billet) sans posséder tout ou partie de la panoplie de la marque à la pomme qui montre une grande efficacité marketing. Apple occupe aujourd'hui la position qu'occupait Microsoft précédemment : la marque est incontournable et ses précédentes campagnes marketing (pourtant pas si anciennes) à base de slogan « Think different » sonnent étrangement aujourd'hui.
Difficile en tout cas de trouver des appareils moins bidouillables que ceux d'Apple (iPhone, iPad...) qui sont tellement fermés qu'ils ne laissent qu'une faible initiative à l'utilisateur, condamné dans un rôle de consommateur passif (en l'occurrence, celle d'acheter de nouvelles applications auprès d'Apple...). Sans compter que les pratiques commerciales de la firme sont pires que celles que Microsoft a jamais eu... prenons l'exemple de l'iPhone : qu'aurait-on dit s'il n'avait pas été possible d'installer un navigateur concurrent d'Internet Explorer sous Windows ?

A lire également :

Deuxièmement, accepter ce glissement sémantique du terme geek permet de comprendre pourquoi Monsieur François Fillon est bel et bien un geek.
Que faire si l'on est un geek de l'ancienne génération, un geek-bidouilleur, avide de savoir et de comprendre (ah, l'époque où je mettais en application le manuel de BASIC de mon micro-ordinateur Thomson MO6 de la première à la dernière page) ? Trouver un nouveau qualificatif, car celui de geek a été dévoyé et ne s'applique plus à vous. Il y a donc de la place pour imaginer un nouveau terme pour nommer ces geeks-bidouilleurs, ceux qui, sans être forcément des hackers, sont plus que de simples consommateurs de nouvelles technologies. Qui se lance ?


Au sujet des illustrations de ce billet :
La première est tirée d'une publicité Apple.
La deuxième illustration « Think different/iPhones » est une composition réalisée par mes soins à l'occasion de ce billet et placée sous licence CC BY-SA (comme mes écrits sur ce blogue).
Cliquez sur les illustrations suivantes pour connaître leurs auteur et licence.

Ce billet inaugure une nouvelle catégorie du blogue (« en passant ») destinée à regrouper des billets moins construits faute de temps ou pour lesquels j'estime ma réflexion insuffisamment mûre, ou encore dont le sujet peut s'éloigner du thème principal qui donne son nom au blogue.

25 commentaires

#1 mardi 16 mars 2010 @ 23:08 Paille a dit :

Bel article !
J'adhère à ta façon de voir les choses.
Un bon moment dans cette journée pas facile.
Merci :)

#2 mardi 16 mars 2010 @ 23:21 Sylvain a dit :

Les utilisateurs de produits aussi fermés ne peuvent pas être des geeks ! Ou alors, je ne suis vraiment plus un geek ;-)

#3 mercredi 17 mars 2010 @ 00:03 mydjey a dit :

"Qui se lance ?"

Des geeckers (contraction de geek et hacker) :D

#4 mercredi 17 mars 2010 @ 00:21 Blankoworld a dit :

Bonsoir,

Lisant l'article, très intéressant même si, comme il y est dit contient peu d'arguments valables (quoique…), je me lance pour la recherche du mot, en proposant l'un des "blankomot" qui me trottait en tête depuis un temps : hackerious. Petite définition rapide sur http://identi.ca/notice/25000659 .

Hackerious, contraction de hacker et curious, j'estime que c'est un degré de hacker inférieur à celui de hacker. En somme on s'intéresse au fonctionnement des systèmes, sans pour autant avoir les compétences aussi aiguisées d'un hacker, ni en étant aussi doué.

Verdict ? Je dois sortir de la salle ? :)

#5 mercredi 17 mars 2010 @ 00:23 Lolo le 13 a dit :

Quite à contracter geek et hacker, autant faire dans le hackeek. Et pour le surnom entre nous, on s'appellera des " Géraaaaaaaaards " . :D

#6 mercredi 17 mars 2010 @ 00:26 Seb_BCN a dit :

Salut!

Ton post me rappelle une récente discussion avec trois potes non-geeks, tellement accros a leurs iphones, qu'il n a pas été possible de leur faire comprendre que la politique d'Apple est totalement abusive et privatrice de libertés.

Selon eux, leur Iphone ne leur appartient pas et il est totalement normal que Apple les bride dans les utilisations qu'ils pourraient en faire, pour des raisons purement commerciales. Une éventuelle atteinte aux libertés fondamentales ou à leur vie privée, ne leur paraissent pas choquantes, dans la mesure où ils ont "le choix" du produit (mais pas de l usage). Ils ont fait malgré tout ce choix, et aucun de mes arguments de libriste ne les aurait fait changer d avis sur l Iphone, a priori et a posteriori...

Ils n admettent meme pas que, si 95% des utilisateurs n'ont effectivement aucune necessité d avoir un Iphone ouvert, les 5% restants puissent vouloir le bidouiller.

La comparaison avec une possible version de Windows empechant d installer tout logiciel non approuvé par Microsoft ne les a pas convaincu davantage.

Je pense qu ils sont a peu de chose près le "geek d aujourd hui" que tu décris: a l'aise avec les outils, mais totalement inconscients des enjeux en termes de libertés. Et moi, l'ingénieur informaticien, linuxien, netcitoyen informé et conscientisé, je passe pour un intégriste rétrograde.

Apple doit se féliciter d avoir des utilisateurs tellement enthousiastes pour se mettre eux meme leurs chaines, tout en prenant le parti du geolier!

#7 mercredi 17 mars 2010 @ 12:59 mjoly a dit :

Exactement comme Seb_BCN, j'ai le même vécu auprès soit de collègues soit de ma famille qui sont tombés dans ses travers commerciaux qui leur font passer des vessies pour des I-Lanternes..
Impossible de leur faire même comprendre le point de vue que nous défendons.
Je pense que malgré tout ce que peut faire des sociétés comme Apple / Microsoft ou autre, personne ne retrouve à y redire.
Bridage matériel, limitations logicielles, problème d'interopérabilité, tout cela est accepté et vécu comme tout à fait normal..

Et c'est bien dramatique..

.. en espérant qu'un jour, quand ils auront vieillis, ne supportant plus les multiples ré-installation, inconvénients, etc, etc.. ils finissent par basculer.. mais bon, en attendant, c'est nous les dangereux extrémiste / passéistes !!!

#8 mercredi 17 mars 2010 @ 15:19 Maniatux a dit :

Ces faux geeks prétentieux sont une vraie plaie et ils sont pitoyables. On devrait presque inventer un nouveau terme pour désigner les vrais geeks.

Pour moi vrai geek = qui cherche à savoir comment ça fonctionne et qui vit pour ça.

#9 mercredi 17 mars 2010 @ 16:05 dhoko a dit :

L'Iphonetitude pur produit capitaliste qui a créé une nouvelle espèce les addict, mouton de la société qui se veulent hype parce qu'ils ont le dernier gadget à la mode.
Avoir un smartphone c'est cool peut-être mais si tu ne peux rien en faire ça n'a pas d'intérêt. De plus les forfaits sont cher pour des machins en carton. Oui une ou deux journées d'autonomie c'est nul. J'ai pas un tactile il est pas hype mon portable mais il tien 7 jours en utilisation soutenu !

Le nouveau geek a aussi donc tendance à mettre de coté le pratique et l'utile se contentant du Design. C'est bien d'avoir une machine qui est belle mais bon sacrifier autant de chose c'est nul. Apple la marque du Geek :) Tu achètes une marque, affligeant il suffit de regarder les marges qu'ils se font c'est stupéfiant !

Je construis mes PC en faisant un peu de soudure et autre sur la tour -> Hacker je suis.
Je suis passionné et je cherche à comprendre je suis un Geek.
Je suis libriste je deviens un extrémiste.
J'utilise GNU/Linux ou BSD je suis un super informaticien.
Je répare tout mes problèmes et ceux des autres je deviens un dieu en informatique.
Et si je contourne quelques sécurités je deviens Dieu (alors qu'il suffit d'un peu de recherche et de compréhension )

La méconnaissance des choses amène à dire des conneries et à tuer le sens des mots.

Que sommes nous ? Des passionnés c'est tout et des gens qui lisent ce qui s'affiche à l'écran :) et qui n'ont pas peur de regarder plus loin

#10 mercredi 17 mars 2010 @ 16:39 al.jes a dit :

Alors là, je suis pas du tout d'accord, puisque la définition que tu donne, c'est celle du kévin.
Pour moi, un geek est simplement quelqu'un de passionné, qui s'inscrit dans une démarche d'ouverture à tout Art, quel qu'en soit le genre (polar, SF, fantastique...), le format (roman, cinéma, BD...) ou l'origine (pourquoi se contenter. de lire ce qui est français ?).
Tu as donc confondu le libriste et le geek, même si le libriste est souvent Geek (mais tout geek n'est pas libriste, loin de ça). Tu a aussi fait l'erreur de tomber dans la caricature : tout n'est pas blanc ou noir, et les faits sont loin d'être aussi tranchés que tu ne le dit.
Autre chose. Le mot hack signifie en anglais l'acte de bidouiller... Ce que tu appelle un geek-bidouilleur n'est ni plus ni moins qu'un hacker, quel qu'en soit le talent.
Je pense qu'au lieu de chercher de nouveaux noms, il nous faut réaffirmer les noms existants et refuser une dérive caricaturale de nos appellations. Non, ça n'est pas parce qu'on a un iPhone qu'on est un Geek, mais ça ne fait pas de nous un non-Geek pour autant. Tout dépend de l'usage qu'on en a, de notre attitude, de notre ouverture d'esprit, et surtout de notre rapport à la passion.
D'ailleurs, ça me rappelle que j'avais un projet d'article sur le sujet... faudrait que je le travaille ;-)

#11 mercredi 17 mars 2010 @ 19:02 Maniatux a dit :

J'ai moi même un smartphone, mais j'ai pris un htc avec android car je savais que je pourrais le bidouiller. On peut changer aisément la rom d'origine (qui est moisie par Orange) pour avoir quelque chose de plus intéressant.

J'utilise principalement le partage de connexion internet en USB, qui est très pratique et très rapide (500ko/s en téléchargement UMTS). Mais je me sers aussi beaucoup de l'agenda synchronisé qui est très pratique.

#12 jeudi 18 mars 2010 @ 01:02 antistress a dit :

Merci à tous pour vos commentaires, et notamment à Paille pour le plus beau compliment qui m'ait été fait ici :-)

@ mydjey & Lolo : pas mal ça, « geecker » : ça me botte bien. Perso j'ai une préférence pour «
geecker » plutôt que « hackeek » qui sonne moins bien je trouve

@ Blankoworld : « hackerious » me parait difficilement prononçable par chez nous...

@ Seb_BCN et mjoly : il faut continuer de prêcher sans être trop insistant : les concepts de liberté finiront par percer

@ Maniatux : oui le geek traditionnel est curieux, pas juste collectionneur de gadgets

@ dhoko : je vais te laisser les clés du blogue si tu continues de refaire mes billets en commentaires ;-)

@ al.jes : je t'assure que quand je programmais en Microsoft BASIC sur mon MO6 j'étais geek sans être libriste, simplement mu par la curiosité et la soif d'apprendre et de comprendre. En quittant blogger pour un PluXml hébergé, je me suis penché sur le XHTML avec la même gourmandise, la même passion. Il y a des choses qui ne se perdent pas faut croire :-)
Par contre vu que le terme geek est abondamment repris par la presse et les reportages TV et se trouve de fait dévoyé selon moi, je ne voudrais pas commettre la même erreur en décrétant que tout geek est hacker. Même si la démarche peut être similaire j'ai tendance à penser que le hacker est d'une autre classe : un esthète, un poète, bref un artiste du code.
L'évolution du mot geek me parait irrémédiable (le mot ne nous appartient pas/plus) aussi je pense qu'il faut abandonner ce mot pour en choisir un autre dans notre cas.

@ Maniatux : Android c'est toujours mieux que l'iPhone, mais pas sûr que ce soit la panacée non plus. J'attends beaucoup de Nokia

@ tous : d'autres suggestions ?

#13 jeudi 18 mars 2010 @ 20:53 Rodolf a dit :

J'adhère totalement aux propos de dhoko : "La méconnaissance des choses amène à dire des conneries et à tuer le sens des mots".

Il est inutile d'inventer un nouveau mot pour définir un geek sous prétexte que certains ne sont pas capables d'appeler un chat un chat !

Les nouveaux "geeks" que tu décris sont des technophiles et on doit continuer à les nommer ainsi (malgré la perversion des médias).

Il est vrai que les technophiles sont attirés par le contenant et ses accessoires (le jouet) et se fichent pas mal du contenu (ce qui fait que leur jouet marche),
contrairement aux geeks qui aiment le contenant et s'intéressent aussi au contenu
et aux hackers qui eux préfèrent jouer avec ce qui fait le jouet plutôt qu'avec le jouet lui même.

Maintenant, il faut comprendre que vos potes, collègues et famille qui ne voient pas le danger que vous leur exposez, ne sont en fait que de grands gamins qui ne pensent qu'à jouer avec LE super gadget higt-tech à la mode.

Et ce phénomène, on le retrouve partout : tu ne craches pas sur une Porsche quand tu es un fou de belles carrosseries même si tout le monde te dit qu'elle pollue à mort et bouzille la couche d'ozone et ta nana s'achètera la crème anti-rides d'Eva Longoria même si tu lui répètes sans cesse qu'elle est bourrée de paraben et que ça risque de lui refiler le cancer !

Mais bon c'est pas pour autant qu'il faut arrêter la lutte ; ces gros gamins inconscients finiront un jour par comprendre le danger (ou on finira bien par leur faire comprendre)
Ya qu'à voir, les mœurs changent : on se préoccupe plus de l'écologie aujourd'hui et le paraben tend à disparaître des produits cosmétiques et tout ça grâce à des minorités comme vous qui ont su se faire entendre alors merci !

#14 vendredi 19 mars 2010 @ 11:28 mjoly a dit :

Rodolf =)> +1 !!

c'est tout à fait cela, à une variante près qui est que tu peut aimer les belles carrosseries, sans en posséder une, voire en posséder une et l'avoir en tant qu'objet de collection plus qu'en tant qu'outil.. sachant que la plupart des utilisateurs technophiles se limitent / sont limités quand à leur utilisation de leurs gadgets / jouets.

#15 vendredi 19 mars 2010 @ 23:41 Zelf a dit :

Il y a quand deux monde bien distinct : ceux qui veulent savoir et ceux qui ne veulent pas savoir (la pullule bleu ou la pullule rouge...oui référence purement geek).

J'ai choisi de savoir je n'achèterai jamais Apple, ni de produit contenant des DRMs ou entravant mes liberté, et je choisirai toujours mes logiciels en fonctions de leur licences. Nous avons pleinement conscience des "règles" de l'informatique.

Voilà être geek pour moi ce n'est surtout pas suivre une mode, le terme est galvaudé. Un geek en informatique, n'est pas un mouton de panurge...surtout pas!

Malheureusement c'est loin d'etre le cas général au moment ou l'informatique investit le quotidien de toute la population.

Ce qu'il manque, c'est l'éducation à l'informatique, mais c'est un autre débat...

#16 dimanche 21 mars 2010 @ 20:38 lebendre a dit :

Assez d'accord avec ton point de vue, surtout que mes élèves (13-15 ans) se disent geek dès qu'ils utilisent un peu plus que les autres un ordinateur... (mais toujours comme consommateurs)

#17 dimanche 28 mars 2010 @ 23:44 abdi a dit :

Ce que me fait rie c'est que beaucoup des "anciens geeks" s'appellent "nerds". Et j'ai moi-même mainte fois fait la confusionen oubliant un paramètre dans la définition de nerd : l'intelligence.

C'était donc un peu prétentieux de ma part et d'autres donc. Pour le mot je propose : geekearlier.

#18 lundi 29 mars 2010 @ 17:15 antistress a dit :

Lire aussi "Vie d'un geek... de 1978 à 2010" sur plug'n'geek : http://www.plugngeek.net/vie-dun-geek-de-1978-a-2010

#19 lundi 29 mars 2010 @ 18:50 Gee Mee a dit :

J'ai découvert votre article à la suite de celui de Plug'N'Geek.

Je ne suis qu'un technophile qui tente de ne jamais rester béat, d'explorer les possibilités de ses outils, de saisir les enjeux de ses pratiques, de partager ce qu'il sait. Cette dernière dimension me paraissant souvent négligée de mes contemporains (je ne parle pas d'ici).
Cela ne fait pas de moi un geek « canal historique », même si je me sens plus proche de vous que de ceux que vous raillez gentiment ;-)

Rechercher un nouveau mot pour « geek » me paraît être un comportement de citadelle assiégée, de spécialistes qui se font piquer leur jargon par des personnes qui le galvaudent. C'est peut-être regrettable, mais je ne crois pas que cela soit tellement important.
Nous sommes d'abord ce que nous faisons, et seule l'authenticité de la démarche compte.

#20 mardi 13 avril 2010 @ 13:49 LuD-up a dit :

Petite réponse de ma par ici http://www.loner-geek.me/2010/04/quest-ce-quun-geek-aujourdhui-2/ car je ne partage pas toutes tes analyses et que je trouve ce sujet très riche et intéressant. ;-)

#21 mercredi 26 mai 2010 @ 14:07 hermes a dit :

........ sans compter les suicides dans l'usine en chine ou se fabriquent les ziphones !

EN plus de la distinction accroc aux bjets hightech geek, il faudrait aussi distinguer le promoteur de la liberté dans la technologie du défenseur de la liberté avec ou sans technologie : on devrait pouvoir s'en passer !
Mais ca c'est une faible minorité de geeks seulement qui s'en rendent comptent.

#22 vendredi 16 juillet 2010 @ 16:58 Geek a dit :

Un complément de réponse a également été fait su le site geek's Paradise: http://www.geeks-paradise.com/content/10-geek-definition
sur la complémentarité entre les unnivers des gamers/ roliste/ metalleux/ Otaku/ ....

#23 dimanche 04 septembre 2011 @ 13:10 OSC a dit :

Je suis un geek tendance Apple (Mac, iPhone et iPad), et permettez-moi de vous dire que je trouve le contenu de votre article aussi méprisant que caricatural. Vous me rappelez une oligarchie intellectuelle d'individus ayant appris à mettre les mains dans le cambouis (ce que je sais faire) à ceci près que vous êtes manifestement passé à côté du "post-PC" et plutôt que de vous y mettre vous préférez prendre quelques exemples bien peu reluisants autour de vous pour, par contraste, vous faire passer pour "celui qui a tout compris". Sachez cependant que le choix de m'équiper en produit Apple n'a pas été dicté par son discours marketing mais bien par une analyse coûts-bénéfices strictement rationnelle (sauf peut-être pour mon iPhone, et encore, à la marge). Je suis par ailleurs extrêmement retors sur le contrôle de ma vie privée alors qu'étant un utilisateur de divers réseaux sociaux (comme Facebook, Twitter ou encore Tumblr et Instagram), et je n'accepte de céder des informations que lorsque j'y trouve explicitement un intérêt (par exemple pour un service). Enfin je travaille sur mes trois devices avec les fichiers les plus portables et universels qui soient : des fichiers texte, que je synchronise avec Dropbox.

Par ce commentaire je veux simplement mettre en avant ce qui m'apparaît comme un manque de profondeur de votre discours : certes Apple attire à elle des gens qui ne s'intéressent pas à ces questions, mais réduire Apple à ce public est caricatural. Je sais jouer du Terminal, je comprends la logique des UNIX et j'ai quelques compétences en programmation (essentiellement web pour l'instant, avec PHP et Ruby on Rails, mais je compte m'intéresser à d'autres langages davantage "applicatifs"). Je crois, et j'en suis vraiment désolé pour vous, que votre aveuglement vous empêche de voir ce que propose d'apporter Apple : non pas une prison dorée, prison dont on peut "s'échapper" avec un peu d'imagination, mais bien des outils qui fonctionnent. Tout simplement. Que je ne puisse pas bidouiller mon iPhone ou mon iPad me va très bien : ils n'ont pas été conçus dans cet objectif-là.

Bonne continuation sur ton blog.

#24 dimanche 04 septembre 2011 @ 16:00 antistress a dit :

@ OSC : merci beaucoup pour ton long commentaire, patient et argumenté.

Mon billet est la traduction d'un coup de gueule, de mon humeur du moment. Comme je l'ai écrit : il n'est pas étayé, j'ai tenté de coucher mon ressenti. Il ne faut pas lui donner plus de portée qu'il n'en a.

Par ailleurs, je ne pense pas que tous les utilisateurs d'Apple soient des moutons, ce n'est d'ailleurs visiblement pas ton cas. Cependant une grande partie des nouveaux clients Apple rentre très certainement dans ce cette catégorie à mon avis...

#25 dimanche 18 septembre 2011 @ 22:23 ZoubZoubida a dit :

Bonjour,
Vous avez raison sur ce point, antistress, le geek est avant tout une victime.
Victime de son patron, il travaille pour le plaisir, y compris la nuit ou le week-end, et volontiers gratuitement (merci le libre détourné qui vampirise l'emploi - j'espère que vous l'aimez velu).
Désormais il existe aussi sous la forme du geek victime du marketing, qui achète tout ce qui est hype.
Mais je pense qu'il n'y a pas lieu de distinguer le "bon" geek du "mauvais" geek. Ces deux définitions ne sont pas incompatibles, au contraire la servitude par le travail et la servitude par la consommation sont complémentaires, ainsi la boucle est bouclée.
Alors dans tous les cas je pense que ceux qui se revendiquent d'un type de geekisme ne font que tendre le bâton pour se faire battre.

On peut être attiré par le savoir sans se laisser enfermer dans le moule débilitant et aliénant du geekisme. Unissons nous et luttons contre ces stéréotypes liberticides.

Écrire un commentaire

NB : en publiant votre commentaire, vous acceptez qu'il soit placé sous la licence CC BY-SA comme indiqué aux conditions d'utilisation du site

Quelle est la deuxième lettre du mot cfrojc ? :