Le Planet Libre a t-il renoncé à convaincre ?

Homme voûté, marchant seul

Mais pourquoi le Planet Libre devrait-il convaincre au fait ?

D'abord, parce que, lorsque l'on embrasse le Logiciel Libre, on ne se contente pas de l'utiliser : on rejoint une communauté, on rallie une cause, on participe à un mouvement. Ce qui ne va pas sans une certaine forme de prosélytisme, il faut bien le reconnaître.

Ensuite, parce que ce sont les responsables du projet qui le disent :

Goals

  • Educate : inform the public about free software
  • Advocate : promote free software tools through projects, campaigns, and events
  • [...]

ce qui peut se traduire par :

Objectifs

  • Informer : faire connaître les logiciels libres au public
  • Encourager : promouvoir les logiciels libres à travers les projets, campagnes et événements

Décision du Planet Libre d'abandonner ses comptes identi.ca et Twitter

Dans un billet rédigé au nom du Planet Libre par theClimber, un garçon tout à la fois charmant, dévoué et compétent par ailleurs, on apprend que l'équipe du Planet Libre a décidé, dans ce qui s'apparente à une décision purement dogmatique, de ne plus utiliser de comptes identi.ca ou Twitter pour relayer les informations du Planet.

Entendons-nous bien : je ne fais pas l'apologie de Twitter que je ne recommande pas. Passer de cette invention miraculeuse qu'est l'Internet ouvert (le Web, le courriel...) et acentré à des services extrêmement centralisés et fermés est évidemment un beau gâchis que l'on ne saurait cautionner.

Il faut aussi féliciter l'équipe du Planet Libre qui met en place, dans le plus pur esprit de l'Internet originel, son instance de StatusNet, c'est un dire un système de microblogage basé sur des formats ouverts utilisables par chacun et permettant de garder le contrôle de ses données plutôt que de s'en remettre à un tiers à cet effet.

Cependant il aurait été tout à fait possible de publier d'abord sur cette plateforme de microblogage personnalisée puis de relayer les informations sur identi.ca et Twitter afin de toucher le maximum de personnes, ce qui est, nous l'avons vu, le but du Planet !

Au lieu de cela, faisant preuve d'un bel aveuglement, l'équipe du Planet Libre a décidé majoritairement de se couper à l'avenir d'une bonne partie du monde connecté (dont l'essentiel des utilisateurs à convaincre), sans parler des 611 abonnés actuels lâchés dans la nature comme le fait remarquer Cyrille dans son récent billet.

Le retour de la quadrature du Libre

J'avais déjà publié un billet sur le sujet, que j'avais intitulé La quadrature du Libre (oui, je suis très fier du titre :-).

La question qui se pose tôt ou tard au libriste est : faut-il utiliser les technologies non-libres pour promouvoir le Libre ? Car, pour pouvoir communiquer avec la personne à évangéliser, il va falloir recourir, dans une certaine mesure, au mêmes technologies non-libres que son interlocuteur, celles-là même que l'on entend dénoncer !

C'est pourtant un mal nécessaire : autrement, en ne prêchant que des convaincus, on renonce à convaincre.

Ma position actuelle sur le sujet pourrait se résumer ainsi :

  • Utiliser des services propriétaires (Twitter ou, pire : Facebook) pour convaincre : favorable (c'est ce que nous venons de voir. Quel meilleur moyen pour dénoncer Facebook que de le faire de l'intérieur ? Ainsi on est sûr de toucher le public visé. Personnellement je n'utilise ni ces services ni leur homologue libre, mais vous trouverez en bas de cet article les habituels boutons de partage via les réseaux sociaux pour ceux qui y ont recours),
  • Utiliser des services propriétaires (par exemple Facebook, le mal absolu) pour y mettre mes données personnelles : défavorable (tant dans mon propre intérêt que pour l'exemple donné),
  • Utiliser des services extérieurs (Google Analytics, publicité ciblée, bouton « J'aime » de Facebook – encore lui – et autres techniques d'espionnage, avec la complicité consciente ou non du Webmestre) sur un site (ou pire : sur un site parlant du Libre !) : défavorable (ça me paraît évident, quoique cela le soit beaucoup moins si l'on regarde les sites relayés par le Planet Libre, dont à mon grand regret le Framablog qui fait usage de Google Analytics).

L'essentiel étant que l'usage de technologies fermées – ici considérées comme un mal nécessaire, je n'y reviens pas – ne soit pas exclusif, et que la totalité de l'information reste accessible à titre principal au moyen de technologies ouvertes.

Pour conclure, je pense qu'il ne faut pas hésiter à « aller chercher le client » y compris en s'aventurant sur des territoires non libres. Ceci étant dit, dans tous les cas il y a une question (certes difficile) de mesure. Voire d'exemplarité pour certains (Stallman...) comme le faisait remarquer à juste titre Lolo le 13 sous le billet La quadrature du Libre.

6 commentaires

#1 dimanche 06 février 2011 @ 22:23 Philippe a dit :

Avant une éventuelle réponse plus complète de l'équipe du Planet-Libre qui est encore en week-end, je rappelle que comme indiqué dans notre article nous n'avons plus la main sur les deux comptes identi.ca et Twitter. Donc l'abandon de nos lecteurs est tout relatif. Disons qu'on ne sait pas faire autrement pour l'instant.
Ensuite le Planet-Libre est un collectif dont au moins une partie des membres ne verrait pas d'un bon oeil que leurs articles soient republier sur Twitter ou Facebook. Doit-on ignorer leurs opinions ?
Vision plus perso : Le Planet-Libre est aussi et avant tout un Planet et pas une association dotée de statut ou de finalité comme la FSF du moins pas pour l'instant notre rôle est d'agréger et créer un flux d'informations de qualité sur le logiciel libre. Le prosélytisme chacun peut le faire en usant des outils qu'en tant qu'individu il juge pouvoir utiliser et conduire les brebis égarées vers le Planet-Libre. Mais c'est un choix personnel que nous ne voulons pas imposer à un collectif. amha

#2 lundi 07 février 2011 @ 08:45 Guiona a dit :

C'est dommage que tu ne lises que ce qui t'intéresse dans les articles car nous n'avons pas laisser tomber les comptes comme tu le mets dans ton titre de chapitre...

#3 lundi 07 février 2011 @ 09:46 fred a dit :

" vous réclamez au nom de nos principes, des libertés que vous nous refusez au nom des vôtres " Blaise Pascal.

Le libre n'est pas une secte qui réclame obédience complète.
être libriste ce n'est pas être barbu et surtout pas dans sa tête.
publier sur une platforme fermée ? Très bien.
ne pas publier sur une platforme fermée ? Très bien.

Mais surtout le faire librement ; le reste est histoire de chapelle, et ma liberté ne goûte guère du goupillon ;).

PS: et si c'est parce que vous avez perdu vos compte alors là ... ben c'est surtout tant pis pour vous et je compatis à votre malheur.

#4 lundi 07 février 2011 @ 15:19 Vincent a dit :

Un membre de l'April m'a dit un jour un truc qui ressemblait a ca :

"tu sais, les logiciels libre tu peux les défendre comme tu veux, mais surtout n'hésite pas de le faire avec les mêmes armes qu'eux. Tu veux faire ton lobbyiste libriste ? Eux ils n'hésitent pas, et toi tu le fais bénévolement".

#5 lundi 07 février 2011 @ 20:01 Christophe a dit :

+1 Philippe.

Je fais partie des réfractaires au web social "fermé" au sein de l'équipe du Planet Libre. Et d'ailleurs je n'utilise aucun de ces outils (libres ou pas). Je n'y arrive pas. Trop contraignant. Trop chronophage.

Je n'adhère pas non plus à cette thèse qui laisse entendre que, pour rameuter tous les outils sont bons même les outils fermés. Et d'ailleurs, quitte à choquer, je ne crois pas nécessaire de rassembler large. Je préfère et de loin un utilisateur "éclairé" et prompte à défendre le libre parce qu'il en a compris les enjeux à une foultitude d'utilisateurs qui ne jurent que par des outils à la mode et fermés. Je ne suis pas du tout convaincu que Framasoft et autres aient gagné grand nombre de gens à leur cause en utilisant les Facebook et Cie. Ou alors, il faut le démontrer. En l'état, ce n'est qu'un postulat.

-1 Fred. « Mais surtout le faire librement ». Ce jeu de mots repose sur un concept assez niais, un faux absolu qui n'est rien d'autre d'une tarte à la crème. « La liberté, comme l'écrivait Montesquieu, ne consiste nullement à faire ce que l'on veut... »

#6 jeudi 10 février 2011 @ 13:38 dOnny a dit :

Peut-on utiliser des moyens non démocratiques pour arriver à la démocratie ?
C'est fou comme le fait d'être intègre (au sens large) est aujourd'hui caricaturé.
Ne peut-on pas respecter un idéal ?

Écrire un commentaire

NB : en publiant votre commentaire, vous acceptez qu'il soit placé sous la licence CC BY-SA comme indiqué aux conditions d'utilisation du site

Quelle est la cinquième lettre du mot cyjxsx ? :