PluXml, le moteur de blogue poids plume

Rédigé par antistress le 07 octobre 2012 (mis à jour le 03 juin 2017) - 13 commentaires

Logo de Pluxml (une plume)

Présentation

Un moteur de blogue libre...

PluXml est un projet français fondé en 2006 et placé sous la Licence Publique Générale GNU. Il est actuellement piloté par Stéphane Ferrari (interview). Il s'agit d'un moteur de blogue libre, à la fois sobre et efficace. C'est celui que j'utilise.

Pour faire une comparaison, je retrouve en lui ce que j'aime dans GNOME : pas de fioritures, l'efficacité avant tout. Priorité au contenu !

...sans base de données

PluXml a la particularité de fonctionner sans base de données. Techniquement, il s'agit d'un script PHP qui stocke toutes les données dans des fichiers XML. De ce choix découlent un certain nombre d'avantages et d'inconvénients.

Au titre des premiers :

  • vos données sont facilement transportables. Vous changez d'hébergement ? Copiez/collez simplement l'intégralité de votre dossier ailleurs,
  • pas de complexité inutile,
  • une grande vitesse sur des blogues de taille raisonnable.

Au titre des seconds :

  • les performances pourraient se dégrader si le blogue s'étoffe beaucoup (mais ce n'est pas démontré en pratique).

Installation

Récupérez l'archive sur le site officiel (370 Ko seulement pour l'actuelle version 5.6... La version 4.3 avec laquelle j'ai débuté était encore plus légère : 151 Ko !), décompressez son contenu et envoyez le tout sur votre site. Lancez le fichier install.php, entrez le nom du rédacteur et son mot de passe puis cliquez sur le bouton Installer. C'est fait.

Pour le transfert de fichiers je vous conseille d'utiliser FileZilla plutôt que Nautilus par exemple, ce dernier ayant eu à chaque fois, dans mon cas, la fâcheuse tendance à modifier les droits d'accès des fichiers au cours des opérations de transfert, empêchant la bonne réalisation des mise à jour par exemple.

Vous pouvez ensuite compléter l'installation en installant des plugins parmi ceux proposés (comme MyCapchaImage, plus efficace contre le spam que l'outil par défaut).

Attention en décompressant l'archive d'un plugin : il faut supprimer le numéro de version du nom du répertoire et ne garder que le nom du plugin pour qu'il soit pris en compte une fois transféré dans le dossier htdocs/plugins de PluXml.

Administration

Je ne m'attarderai pas beaucoup sur cette partie.

Sachez simplement que PluXml est multi-utilisateurs et qu'il gère les pages statiques, accessibles à tout moment (vous pourrez par exemple créer des pages « À propos » ou « Mentions légales » : regardez les liens blancs sur le bandeau noir en haut de cette page pour un exemple).

S'agissant des billets eux-mêmes, vous pourrez définir un chapô, les classer par catégorie et leur affecter des mots clés (chaque catégorie et chaque mot clé peut disposer de son propre flux de syndication). En assignant une date future à un billet, celui-ci sera automatiquement publié le jour et l'heure dits.

A noter que j'ai dit de l'outil qu'il était sobre mais pas qu'il était simple : le module de rédaction n'est pas WYSIWYG par défaut, le formatage du texte se faisant en XHTML. Ainsi l'appui sur la touche « Entrée » ne se traduira pas dans l'article par un retour à la ligne et il vous faudra pour cela recourir à la balise ad hoc. Heureusement vous n'avez pas besoin de les connaître par cœur car une barre d'outils est là pour vous aider. Cette façon de faire, à défaut d'être intuitive, est très instructive puisque vous êtes invités à mettre les mains dans le cambouis et à connaître les rudiments du langage du Web. Au final cela vous donne le maximum de contrôle et la possibilité d'avoir un code très propre. Mais, rassurez-vous, un éditeur convivial est aussi à votre disposition sous forme de plugin si vous préférez vous concentrer sur le contenu !

Vous pouvez choisir le type de modération des commentaires : a priori ou a posteriori. Si vous optez pour la modération a priori des commentaires, un flux de syndication privé des commentaires hors-ligne vous permet d'être averti d'un nouveau commentaire (administration => commentaires => Lien "Commentaires hors-ligne"). Les commentaires apparaissent dans ce flux jusqu'à être validés.

Enfin le thème peut être changé (le thème par défaut est responsive web design, c'est-à dire-qu'il s'adapte à toute taille d'écran). Vous trouverez sur le site officiel une sélection de thèmes réalisés par la communauté avec la possibilité très pratique de les faire tourner à titre de démo. Ceux qui s'y connaissent un minimum (pour les autres – dont je fais partie – le forum leur sera d'une aide précieuse) pourront facilement adapter un thème existant.

Utilisation

Du côté visiteur, sont présents par défaut :

  • un captcha accessible aux non-voyants,
  • la liste des catégories et des mots clés,
  • la liste des derniers articles,
  • la liste des derniers commentaires,
  • les flux de syndication : un pour s'abonner aux articles du blogue, un autre pour s'abonner aux commentaires du blogue, et un dernier pour s'abonner aux commentaires de l'article consulté.

Par défaut il manque un module de recherche. Mais vous pourrez facilement en créer un, par exemple dans une page statique dédiée (n'hésitez pas à consulter la page Trucs et astuces du wiki pour customiser votre blogue).

Pensez aux URL relatives !

Dès la rédaction

J'ai commencé ce billet en énonçant une caractéristique importante de PluXml : son fonctionnement sans base de données, qui le rend transportable sans effort...

...À condition toutefois que vous pensiez bien à utiliser les URL relatives lorsque vous établissez des hyperliens vers d’autres pages de votre blogue. Cela consiste simplement à tronquer le début de l'URL (à savoir le protocole et le nom de domaine) pour ne garder que la partie de l'adresse générée par le moteur de blogue lui-même (par exemple, sur cette page, on conservera seulement : « /index.php?article9/pluxml-le-moteur-de-blogue-poids-plume » ).

Ainsi l'adresse complète sera générée dynamiquement par PluXml et un déménagement de votre blogue (se traduisant par un changement de nom de domaine) sera sans incidence sur vos liens.

Après coup

Il arrive que, emporté par mon élan, j'oublie de tronquer les URL pointant vers les autres pages de mon blogue.

Une simple commande UNIX vous permettra d'obtenir la liste des fichiers de votre blogue comportant votre nom de domaine actuel :

grep -lri termes_recherchés chemin_du_répertoire
  • -l affiche la liste des fichiers dans lesquels la recherche a été trouvée,
  • -r spécifie l’option de récursivité ain de parcourir les sous répertoires,
  • -i pour insensible à la casse.

Vous pourrez ainsi purger les fichiers recensés jusqu'à obtenir la réponse suivante : « Aucun fichier ou dossier de ce type ».

Pour plus d'informations sur l'utilisation de grep, voir cette page de LinuxPedia.

Chasser les images orphelines sur votre blogue

Si, comme moi, il vous arrive de faire le ménage sur votre blogue afin d'en chasser les billets obsolètes, vous allez vous retrouver, si vous n'y prenez garde, avec des images devenues inutiles traînant dans le répertoire dédié. En effet, si, lors de la suppression d'un billet, les commentaires attachés sont supprimés, tel n'est pas le cas des images qui l'illustrent. Il peut alors être intéressant de lancer une commande pour repérer les images qui ne sont plus citées dans les billets.

Depuis le dossier htdocs/data/articles/, lancer la commande suivante :

while read f; do echo "Nom de l'image : $f"; grep -lri "$f"; done < <(ls ../images -I '*.tb.*')

Explication : dans le résultat affiché par le terminal, à chaque fois que le nom d'une image n'est pas suivie du nom d'un billet, c'est que l'image n'est pas utilisée dans un billet (billet publié ou un brouillon). Par contre, attention : les pages statiques ne sont pas auscultées, étant dans un autre répertoire : pensez donc à vérifier que l'image qui ressort comme non utilisée ne l'est pas non plus dans une page statique. À l'inverse, le nom d'une image peut être suivi des noms de plusieurs billets, si l'image a été utilisée à plusieurs reprises.

Voilà, vous êtes parés :-)

Je termine ce billet avec deux liens à garder sous le coude, l'un vers le billet 5 règles pour sécuriser PluXml publié sur le bogue officiel, l'autre vers le blogue Pluxopolis qui regorge de plugins, thèmes et astuces !

Bannière officielle de Pluxml énonçant  : « Blog ou CMS aussi léger qu'une plume et motorisé à l'Xml »

13 commentaires

#1  - mwm a dit :

Merci beaucoup pour me faire découvrir ce moteur de blog. C'est pile poil ce que je charchais :)

Répondre
#2  - seb a dit :

le flux des tags est prévu pour la 5.1.7
(vu sur le forum de pluxml)

Répondre
#3  - antistress a dit :

@mwm : punaise j'adore le style de ton blogue !
@seb : merci pour l'info

Répondre
#4  - mwm a dit :

Merci :)

Répondre
#5  - Steph a dit :

Tiens ça a l'air pas mal ce PluXml, juste ce que j'aime : légèreté, simplicité. Jusqu'ici je fais des sites avec Get Simple (get-simple.info) qui est un tantinet plus lourd - je suppose que ce qui en rajoute c'est le prix de la facilité (?). Je vais tester pluxml pour voir. Merci !

Répondre
#6  - François a dit :

Hop, en réaction à l'article : https://sciunto.wordpress.com/2012/10/13/cms-leger-et-multilingue/

Répondre
#7  - Jerome a dit :

Génial le fait que ça fonctionne sans BDD un peu trop basique pour moi mais ça fera l'affaire pour mon asso.

Répondre
#8  - Jos a dit :

J'utilise PluXML depuis un peu plus d'un an et j'en suis ravi. Il est idéal pour faire des blogs simple, et très pratique pour faire des sites vitrine de présentation. En plus il y a pas mal de plugin intéressant, le code est clair, ... bref l'essentiel. Le forum est très convivial.

Répondre
#9  - Antoun Sehnaoui a dit :

Bonjour,
merci pour cet exposé sur le Pluxml, cela fait un peu de temps que je fais des recherches sur cette plateforme pour me convaincre que c'est celle à utiliser pour un prochain projet de site/blog en comparaison avec Wordpress par exemple.
C'est la première fois que je tombe sur cette fonctionnalité là :

"un captcha accessible aux non-voyants,"

Pouvez-vous m'expliquer en gros comment ça marche ? Je veux dire dans quel aspect d'un site est ce que c'est utile ?

Merci pour votre réponse et bonne continuation.

Répondre
#10  - antistress a dit :

@ Antoun Sehnaoui : il s'agit du captcha que tu as utilisé pour poster ton commentaire ici même. Il peut être lu par une machine dédiée comme celle qu'utilisent les non-voyants car c'est du texte HTML et pas une image par exemple

Répondre
#11  - Antoun Sehnaoui a dit :

Je vous remercie pour cette précision. Il est vrai que je n'avais jamais pensé à cet aspect là - par rapport aux lecteurs. Merci encore !

Répondre
#12  - antistress a dit :

Méthode pour faire parler PluXml en cas d'erreurs : http://forum.pluxml.org/viewtopic.php?pid=45369#p45369

Répondre
#13  - Webmaster Alsace a dit :

Bonjour,

Belle présentation de PLUXML, qui si on ouvre les commentaires sans réadapter le code est sujet à beaucoup de spams co, même en nofollow, il faut aussi supprimer les footprints classiques, sinon c'est l'horreur à maintenir propre niveau back-office. Par contre mention spéciale pour les petits plugins gratuits.

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.