Bien choisir sa police, un acte politique ?

Rédigé par antistress le 15 juin 2015 (mis à jour le 15 mai 2017) -

Parade d'agents de police

Outre la question des formats de documents (ouverts ou non), celle du type de police de caractères à utiliser (libre ou non) peut aider ou freiner l'interopérabilité.

Microsoft utilise d'ailleurs ces deux leviers pour enfermer autant que possible l'utilisateur dans son écosystème logiciel.

Pour contrecarrer cette manœuvre, LibreOffice intègre dorénavant un jeu de polices libres à destination de l'ensemble des plate-formes sur lesquelles la suite bureautique libre et communautaire (développée sous l'égide de The Document Foundation) s'exécute.

Polices libres incluses dans LibreOffice

Alors que la version 3.3 incluait déjà les polices libres DejaVu, Gentium, Linux Biolinum et Linux Libertine, la version 3.5 de LibreOffice ajoute le jeu Liberation (comme substitut libre et métriquement équivalent aux polices non-libres Times New Roman, Arial et Courier), la version 4.0 : Open Sans, PT Serif, Source Code Pro et Source Sans Pro, et la version 4.4 : Carlito et Caladea (comme substituts libres et métriquement équivalents aux polices non-libres Calibri et Cambria).

De fait, la dernière version de LibreOffice au jour de ce billet inclut les polices suivantes (si j'en crois le répertoire libreoffice-4.4.3.2/external/more_fonts des sources du logiciel) :

  • Caladea
  • Carlito
  • DejaVu
  • Gentium
  • Liberation
  • Linux Biolinum
  • Linux Libertine (déjà évoquée dans ce précédent billet)
  • Open Sans
  • PT Serif
  • Source Code Pro
  • Source Sans Pro

Il pourra donc être judicieux de privilégier l'une de ces polices lorsque vous désirerez choisir une alternative aux polices habituelles (voir aussi, en complément, le commentaire de Tranche ci-dessous).

Particularité de certaines distributions GNU/Linux

Si ces polices figurent bien dans la version pour le système d'exploitation MS Windows, il faut y regarder d'un peu plus près s'agissant des versions de LibreOffice pour systèmes d'exploitation GNU/Linux.

En effet, chaque distribution GNU/Linux a sa propre politique, laquelle peut avoir des incidences sur l'exécutable qui sera créé à partir du code source pour être mis à disposition des utilisateurs de la distribution.

Prenons le cas de Debian GNU/Linux (qui est la distribution que j'utilise pour mon PC fixe, mon netbook et aussi pour le PC fixe de mes parents) : le paquet libreoffice actuellement dans stable/Jessie dépend des paquets fonts-dejavu et fonts-sil-gentium-basic, et recommande fonts-liberation.
En revanche les paquets fonts-crosextra-carlito, fonts-crosextra-caladea et fonts-open-sans (récemment créé) seront ignorés lors de l'installation : ils devront être installés spécifiquement par l'utilisateur. Idem pour les polices Linux Libertine et Linux Biolinum qui nécessitent l'installation manuelle du paquet fonts-linuxlibertine.
Quant aux polices PT Serif (bogue #787898), Source Code Pro (bogue #736681) et Source Sans Pro (bogue #683774), à ce jour celles-ci ne sont pas encore packagées pour la distribution.

#1  - Tranche a dit :

Et de souligner un paramétre important qui n'est pas activé par défaut dans LibreOffice : l'inclusion des polices dans le document. Le document devient un peu plus gros, mais vous êtes sûr que toutes les personnes qui l'ouvrirons auront exactement le même rendu.
Pour ce faire allez dans Fichier -> Propriétés -> Onglet Police -> Cochez l'unique case de ce menu.

Répondre
#2  - antistress a dit :

@Tranche : Merci, j'ai ajouté un lien vers ton commentaire dans le billet.
NB : La fonctionnalité nécessite la version 4.1 de LibreOffice minimum, cf https://wiki.documentfoundation.org/ReleaseNotes/4.1/fr#Writer.
NB : Au passage j'ai signalé ce bogue : https://bugs.documentfoundation.org/show_bug.cgi?id=92108

Par contre, de mémoire ça faisait une grosse différence en poids...
Édit : Je viens de tester : je passe de 45Ko à 4Mo sur un fichier de 5 pages où j'alterne les polices Liberation Sans et Liberation Serif...

Répondre
#3  - Tranche a dit :

Ha oui, je savais bien qu'il fallait une version assez récente de LibreOffice, mais j'ai eu la flem de chercher.
Pour le poids ça va beaucoup dépendre de la police, elles font généralement 2 à 3 Mo, donc autant pour un doc qui fait déjà plusieur Mo ça change pas grand chose autant pour un petit document de qlq Ko la différence est importante.
On va dire que c'est le prix à payer pour une portabilité parfaite (sinon on peut aussi tout faire en arial).
Pour le bug, je ne l'avais jamais remarqué, sans doute j'ai toujours modifié mes documents après avoir coché la case.

Une bonne pratique afin de ne pas ajouter des dizaines de Mo de polices est de n'utiliser que 1 type de police par document (c'est aussi une très bonne pratique niveau visuel : cohérence visuel du document).
Je ne m'accorde de n'utiliser une 2eme police que lorsque je mets des exemple de code dans le document (je choisi alors une police mono).
Généralement mes doc sont en UbuntuLight (oui ubuntu tous ça, mais c'est une police libre et je la trouve jolie et économique en impression) + UbuntuMono quand il y a du code.

Répondre
#4  - antistress a dit :

@Tranche : oui, ça se tient tout ce que tu dis :)

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.