LibreOffice 5 : tout simplement la meilleure suite bureautique ?

Rédigé par antistress le 22 septembre 2015 (mis à jour le 28 octobre 2016) - 13 commentaires

Quelques lettres de l'alphabet sur un tableau

Il ne s'agit pas ici de s'extasier bêtement sur la nouvelle version majeure d'un logiciel quel qu'il soit, au motif que ses responsables ont décidé plus ou moins arbitrairement (coucou Linus) qu'ils allaient incrémenter plus fortement le numéro de la prochaine version, comme ici avec la récente version 5 de LibreOffice.

Il s'agit plutôt de constater la qualité, certes discrète, de cette dernière version, fruit d'un long et continu effort de développement communautaire entamé dès le lancement du projet.

Le visible et l'invisible

Parfois on peut lire des commentaires d'utilisateurs qui se plaignent – à juste titre ou non – qu'au lieu de développer des nouvelles fonctionnalités, les développeurs de tel projet feraient mieux de soigner et stabiliser l'existant.

Il se trouve que soigner l'existant n'est sans doute pas ce qu'il y a de plus gratifiant dans le processus de développement d'un logiciel, et que, lorsque celui-ci est réalisé par des volontaires, il est difficile d'exiger de ceux-ci qu'il s'occupent prioritairement des tâches ingrates.

Et lorsque effectivement des développeurs s'y attellent, leur travail ne se remarque pas forcément... « Le logiciel ne plante pas ? Encore heureux ! », pourrait-on caricaturer. Les changements en terme de consolidation ne sont pas les plus spectaculaires.

L'invisible travail de fourmi effectué depuis le lancement de LibreOffice

Pour rappel, le projet LibreOffice a été dévoilé fin septembre 2010.

Dès la première version du logiciel (LibreOffice 3.3, sortie en janvier 2011), Michael Meeks, un des développeurs, mettait en avant les côtés positifs, évidents pour lui, du projet : « Liberté, Logiciel Libre, et développement fun, ouvert et communautaire ».

De fait, depuis lors et jusqu'à cette dernière version 5 sortie début août, le caractère communautaire du développement de LibreOffice n'a jamais été démenti, bien au contraire. Et nous avons vu à quel point un développement massivement communautaire pouvait constituer un atout pour un projet.

Mais, de même qu'on n’attrape pas des mouches avec du vinaigre, on ne constitue pas une communauté de contributeurs sans un projet accueillant.

Voici quelques exemples d'initiatives qui ont été mises en œuvre pour concrétiser cette volonté originelle de faire entrer un maximum de développeurs dans le projet, et aussi quelques exemples du travail invisible mais essentiel qui a été réalisé pour améliorer le logiciel :

Travail sur la lisibilité du code

Dès le départ, un long et fastidieux travail a été entamé pour traduire en anglais les commentaires (initialement en allemand, pour des raisons historiques) qui accompagnent le code source du logiciel, ceci afin de rendre celui-ci accessible par le plus grand nombre (la langue anglaise étant très répandue dans le monde du développement logiciel) :

Proportion de commentaires en allemand à travers les versions
Proportion de commentaires en allemand à travers les versions

Les versions suivantes (3.4, 3.5 et 3.6, sorties respectivement en juin 2011, février 2012 et août 2012) ont concrétisé un grand nettoyage du code, avec le retrait de grandes parties caduques ou redondantes, rendant le tout plus facile à appréhender et à maintenir :

Proportion de code caduc à travers les versions
Proportion de code caduc sur un an de développement

Travail sur les outils de développement

Dès les premiers mois du projet, le processus de compilation du logiciel a été revu pour ne plus dépendre de coûteux logiciels privateurs et permettre à tout à chacun de participer (la facilité et la rapidité de compilation est d'ailleurs un point qui reçoit régulièrement des améliorations), et la transparence sur les contributions de chacun a été posée en règle.

Par ailleurs, à l'occasion de la version 3.4, le système de localisation a été modifié pour être plus facile d'utilisation par les contributeurs.

Travail sur la qualité du code

Les outils de test ont été multipliés au fil des versions afin d'éviter les régressions dans le code au fur et à mesure des développements, et aussi de débusquer les erreurs dans le code existant (la liste serait trop longue et technique pour entrer dans le détail ici).

Par ailleurs, un ensemble de tests automatisés, qui charge plus de 24 000 fichiers différents réputés comme étant problématiques, a été mis au point à l'occasion du développement de la version 4.1 sortie en juillet 2013. Avec la version 4.2 (sortie en janvier 2014), le corpus de documents problématiques a été porté à 45 000 (et les tests portent dorénavant également sur l'exportation), puis à 55 000 avec la version 4.3 (sortie en juillet 2014), et enfin à 76 000 avec la 4.4 (sortie en janvier 2015), permettant d'assurer une version 5.0 particulièrement fiable.

Travail sur les fondations du logiciel

Le moteur de Calc a été refondu à l'occasion de la version 4.2, la boite à outils graphiques a bénéficié d'une mise à niveau sur plusieurs cycles de développement, etc.

Le résultat ?

Le résultat ma foi, ne saute pas aux yeux. Au lancement, c'est toujours cette bonne vieille suite bureautique qui s'affiche devant nos yeux, avec son interface quasiment inchangée.

Et pourtant, tout a changé sans que l'on n'y prête attention : le logiciel se lance bien plus vite, est bien plus stable mais aussi plus performant, accepte sans sourciller les formats les plus exotiques et, sauf pour des exceptions de plus en plus rares, les restitue sans faute.

Quelle autre suite bureautique peut se targuer d'être aussi à l'aise avec la multitude de formats existant aujourd'hui ?

Alors certes, la déco reste familière, mais c'est bien une suite bureautique flambant neuve qui nous est présentée aux termes de ces cinq années de travail qui ont suivi le lancement de LibreOffice.

Pas de quoi s'extasier me direz-vous ? Et bien permettez-moi d'affirmer le contraire : voilà un travail de fond qui a permis de créer une large communauté, d'assainir les fondations et de travailler à rendre le logiciel plus stable, performant et polyvalent que jamais. Et pour cela, moi je dis : bravo !

(Pour plus de détail, voir les liens donnés en face des numéros de version sur la page Wikipédia, et le résumé des évolutions dressé ici à l'occasion de la sortie de la version 5).

13 commentaires

#1  - Raph a dit :

Un bel article, j'adhère totalement. LibreOffice s'est vraiment amélioré depuis son fork, en termes de réactivité, de stabilité, et a même fait apparaître quelques petites nouveautés ergonomiques ou du moins graphiques, juste ce qu'il faut pour nous montrer que "ça travaille dans l'ombre" !

Ce n'est que justice de souligner la qualité du travail effectué.

Répondre
#2  - deusyss a dit :

En effet, le passage du projet initial de scoiété à communauté à été on ne peux plus bénéfique.
J'adore cette dernière version qui voit une légère refonte de son interface, en mieux.
Longue vie à Libre Office :)

Répondre
#3  - Cascador a dit :

Un très bon article que j'ai remonté sur le Journal du Hacker : https://www.journalduhacker.net/

Merci à toi d'avoir souligné le travail de fond sur ce grand logiciel Libre.

Tcho !

Répondre
#4  - Matou a dit :

Je crois que l'un des coups de "génie" de ce fork est d'avoir réussi à quantifier une partie du travail (les traductions de commentaires par exemple) et de le mettre en graphique. Cela permet aux contributeurs d'avoir une vision de leur travail et de se donner des objectif facilement compréhensible et donc d'éviter la démotivation. Une sorte de "gamification" du développement.

Répondre
#5  - pmj a dit :

Sinon il y a markdown ;)

Répondre
#6  - jp a dit :

Testé à l'instant, la rapidité est clairement au rendez vous !
on ne remerciera jamais assez la communauté du libre pour ce travail intense
Ps: ça coute rien, mais faites circuler l'info autour de vous et pour ceux qui maitrisent, "former" autant que possible tel les prêcheurs d'un nouveau monde :-p

Répondre
#7  - Bruno a dit :

Voilà une bonne occasion pour faire un don :)
Hâte de voir les améliorations quand Ubuntu poussera la mise à jour.

Répondre
#8  - Mjules a dit :

Je ne suis pas vraiment d'accord avec l'interface inchangée.

Elle n'a certes pas été modifiée de façon aussi majeure que par exemple le passage aux rubans dans MS-Office mais l'évolution se voit, se sent (le panneau latéral, la réorganisation et l'ordre des options des menus, etc.) et apporte un net confort d'utilisation.

Répondre
#9  - Pierre Claisse a dit :

Je me suis remis à LibreOffice récemment, tombant la goule enfarinée sur cette magnifique version 5, et j'admets m'être rendu compte de la différence par rapport au passé lointain où j'avais testé la suite. C'est rapide, c'est ergonomique, ça n'est pas surchargé de fioritures qui pourraient alourdir l'ensemble du logiciel mais on sent que l'ensemble a fait un puissant bond qualitatif. Je n'envisage plus un seul instant de retourner sous Microsoft Office. Bravo à la communauté des développeurs et testeurs !

Répondre
#10  - anatolem a dit :

En tous les cas c'est toujours celle que je préfère et qui est installée sur les pc des membres de la famille.
A pluche.

Répondre
#11  - antistress a dit :

Merci à tous pour vos commentaires et encouragements :)

@Matou : oui, Michael Meeks est un bon leader pour le projet, il y a matière à s'inspirer de son travail
https://www.documentfoundation.org/foundation/board/

@Mjules : J'avoue que j'avais à peine remarqué les changements, qui n'étaient pas encore intervenus il y a quelques mois quand j'ai eu à rédiger un mémoire, il me semble.
Du coup j'ai un peu regardé et, en effet, les changements côté interface sont bien là aussi, pour un résultat ergonomique et qui évite la surcharge ! On a vraiment affaire à une interface confortable, c'est un réel plaisir :)

Il m'arrive d'être confronté à MS Office au bureau, et vraiment je ne trouve pas logique l'interface, je n'y arrive pas sans chercher sur le Web. Je ne pense pas que ce soit (uniquement) un biais de mon usage de LibO, je trouve que les options sont moins logiquement organisées (sous LibO, le formatage de la page portrait/paysage et sous le menu Format, quoi, par exemple ! On trouve l'option rapidement et naturellement).

Sinon, à noter ici une version de LibO offrant plusieurs interfaces, en fonction du niveau de l'utilisateur, qui vise le milieu scolaire
http://libreofficedesecoles.free.fr/
Intéressant.

Répondre
#12  - antistress a dit :

LibreOffice getting ready for the next 1,000 hackers
https://blog.documentfoundation.org/blog/2015/11/23/libreoffice-getting-ready-for-the-next-1000-hackers/

Répondre
#13  - Utilisateur a dit :

Je découvre cet article et j'aime beaucoup !
Utilisateur de LibO depuis le fork, je me suis rendu compte de la stabilité gagnée au fil des versions.
Actuellement, je rencontre des problèmes uniquement avec Impress (je n'utilise que Writer, Calc, Impress et quelques rares fois Draw), notamment au niveau des animations qui ne fonctionnent pas toujours et (je n'ose pas trop le dire :s) des modèles pas très modernes (comparés à ceux de slidescarnival.com).

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

NB : en publiant votre commentaire, vous acceptez qu'il soit placé sous la licence CC BY-SA comme indiqué aux conditions d'utilisation du site

Quelle est la quatrième lettre du mot xguyqw ?