Logiciel libre ou projet ouvert ?

Rédigé par antistress le 21 septembre 2015 - 6 commentaires

Balises de travaux sur la route

La distinction n'est pas toujours facile entre un logiciel libre et un projet ouvert, alors que les deux ne se recoupent pas forcément.

Un logiciel est objectivement libre s'il garantit quatre libertés essentielles à l'utilisateur :

  • la liberté pour l'utilisateur d'exécuter le programme comme il le veut, pour n'importe quel usage ;
  • la liberté pour l'utilisateur d'accéder au code source du programme pour étudier le fonctionnement de ce dernier, et de le modifier pour que le programme effectue ses tâches informatiques comme il le souhaite ;
  • la liberté pour l'utilisateur de redistribuer des copies, donc d'aider son voisin ;
  • la liberté pour l'utilisateur de distribuer aux autres des copies des versions modifiées ; en faisant cela, celui-ci donne à toute la communauté une possibilité de profiter de ses changements.

On voit que, passé les deux premières libertés, qui concernent d'avantage l'utilisateur du programme en tant que tel, les suivantes sont le socle qui doit favoriser la constitution d'une véritable communauté d'utilisateurs.

Cette communauté d'utilisateurs peut alors participer au projet en question de différentes manières : en faisant la publicité du logiciel pour accroître sa communauté d'utilisateurs, en aidant au développement du logiciel (par l'écriture de code, mais aussi par la réalisation de matériel artistique tels un logo, des graphismes ou des sons, ou encore par la remontée ou le tri de bogues), en documentant le logiciel, etc.

Mais cette communauté d'une part n'est pas automatique ; d'autre part, lorsqu'elle existe, peut être plus ou moins large. Enfin, une large communauté d'utilisateurs ne se traduit pas nécessairement en une large communauté de contributeurs.

C'est en effet ce dernier point que nous pouvons observer avec des projets comme Android Open Source Project (AOSP), qui sert de base au système d'exploitation populaire sur smartphones – mais non entièrement libre – qu'est Android. Le développement d'AOSP est réalisé en privé par Google qui décide ponctuellement de publier une nouvelle version de « son » logiciel. Le logiciel publié est bien libre dans la mesure où il confère les quatre libertés décrites ci-dessus, mais le mode de développement choisi (fermé) empêche la constitution d'une communauté de contributeurs.

À l'inverse, un projet comme le noyau Linux est le plus bel exemple de développement collaboratif, rendu possible d'une part par son état de logiciel libre (qui confère donc à chacun les quatre libertés décrites ci-dessus) ; de deuxième part, par la volonté de ses développeurs d'en faire un projet ouvert (et donc par l'existence et le recours à des outils permettant de collaborer en continu au développement du projet : Internet, un système de gestion de versions, un système de suivi de problèmes...), et de troisième part, par un engouement autour du projet. Wikipédia propose même une page dédiée au processus de développement de Linux. Vous pouvez également consulter quelques chiffres afférents à la dernière version du logiciel sur LinuxFR.org ou de manière plus détaillée sur LWN.net.

LibreOffice fait également partie (toutes proportions gardées) de cette catégorie (ce sera l'objet du prochain billet).

Enfin, il existe une multitude de logiciels libres plus ou moins confidentiels, au développement pourtant ouvert et accueillant mais qui peinent à trouver des contributeurs, faute de renommée ou d'attrait (pour diverses raisons).

Terminons en citant le cas de GIMP, logiciel d'envergure et de renommée fortes, au développement ouvert, dont pourtant le nombre de développeurs (tous bénévoles, travaillant sur leur temps libre) est ridiculement réduit. D'ailleurs, pour moi, les développeurs de GIMP sont des héros, et GIMP lui-même tient du miracle !

6 commentaires

#1  - Ilphrin a dit :

Salut!

Je dois admettre que ton article est poignant de réalisme, je voulais simplement m'attarder sur ton exemple avec GIMP
J'ai moi-même tenté de me lancer dans la contribution (au niveau du code) de GIMP. Et en fait je me suis rendu compte que le développement de certains outils (je pense aux filtres nouvellement remodelés avec le moteur de calcul GEGL) est vraiment simple dans l'idée. Il suffit presque de venir avec son algorithme et de lire deux trois exemples.

Mais la documentation développeur, bien que présente, est vraiment dispersée et pour un néophyte c'est une vraie galère de s'y retrouver. Et je pense que c'est un des gros problème qu'il y a en ce moment sur pas mal de logiciels (libres), c'est le manque de documentation ou de coordination pour mettre à jour/ organiser les contenus. Je suis presque sûr que si on se concentre là dessus pendant un moment ça pourra attirer quelques nouveaux :3

Après ce commentaire de 2Mo, au plaisir de te re-lire! (Notamment sur ce que tu compte écrire à propos de LibreOffice ^^)

Répondre
#2  - Gilles a dit :

A noter que pour le noyau Linux, tu peux contribuer si tu veux... mais ça ne veut pas dire que ta contribution sera forcément acceptée... dixi le roi Linus ;)

Répondre
#3  - antistress a dit :

@Ilphrin : merci pour ton témoignage, j'ai ma petite idée de la personne à qui je vais le faire lire au sein du projet GIMP :)

Répondre
#4  - Jehan a dit :

Bonjour,

Antistress m'a donc fait passer le message.
Pour répondre: oui c'est vrai! La documentation est un gros problème, sur GEGL, sur son utilisation pour faire des filtres dans GIMP, sur les plugins GIMP en général, même la doc utilisateur simple de GIMP même, je la trouve bien trop limitée…

Mais comme noté dans le post plus haut, nous sommes tellement peu… Si c'est donc cela le problème qui vous empêche de contribuer, ça se mord la queue, non? :-)

La vérité, c'est que la contribution a de nombreuses formes. Vous n'êtes pas obligé de contribuer du code. Vous pouvez aussi contribuer de la doc, si vous le souhaitez. Nous avons d'ailleurs un contributeur très actif en ce moment qui n'a pas contribué une seule ligne de code de GIMP même. Par contre, il est en train de nous refaire un nouveau site web (qui — espérons le — sortira d'ici un mois pour les 20 ans de GIMP!), de revoir tous les vieux tutos pour les réécrire au goût du jour dans des licences Libres (ou s'en débarrasser quand trop mauvais), etc. Il fait énormément pour le côté documentation aux utilisateurs, et passage de connaissance. Et je le considère à ce jour comme un des contributeurs GIMP les plus actifs et importants.
Par contre nous n'avons en effet personne qui s'occupe vraiment de la doc pour développeur. Ce sont les dévs principaux eux-même qui de temps en temps repérons un petit détail de ci de là et le corrigeons.

Où veux-je en venir? J'essaie de vous inciter à contribuer si vous souhaitez améliorer la doc!
Quand vous dites "Je suis presque sûr que si on se concentre là dessus pendant un moment ça pourra attirer quelques nouveaux", et si "on", c'était vous?! Ce serait vraiment cool. :-)

C'est ça le Logiciel Libre: tout le monde peut être contributeur. GIMP, c'est pas fait par une élite quelque part dans une tour d'ivoire. GIMP, c'est fait par moi, par mon voisin (de palier ou à l'autre bout du monde), et par vous!

Sur ce, peut-être à bientôt?

Répondre
#5  - Ilphrin a dit :

Bonjour Jehan,

A vrai dire GIMP fait parti des logiciels auxquels je veux absolument donner un coup de main. C'est pourquoi je me suis inscrit à la mailing list il y a plusieurs semaines (même si je participe pas du tout, je suis du genre a rester discret ;) ). J'y ai d'ailleurs vu passer le projet pour le nouveau site de GIMP qui, je dois l'admettre, redonne vraiment un coup de jeune et possède un style graphique auquel j'accroche énormément!

Mais en ce moment je suis sur Firefox OS, et le temps que je m'habitue un peu aux outils et tout (en fait c'est la première fois que j'essaie de participer à un logiciel libre en terme de code!) et je compte continuer un peu de temps encore avant de me re-pencher complètement sur GIMP, c'est une question de jours vu ma capacité a passer d'un sujet à l'autre x)

Mais pour répondre bien sur que je compte contribuer a l'amélioration de la doc! C'est quelque chose qui me plairait énormément! =) A vrai dire j'ai même commencé a m'intéresser à cela depuis votre article sur linuxfr.org ou vous expliquez ce que vous faites en sein de GIMP ^^

En effet à bientôt je l'éspère!

PS: Les flux RSS de commentaires, c'est bien pour ne pas oublier xD

Répondre
#6  - antistress a dit :

Jehan & Ilphrin : merci les gars :)

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.