Debian 8 Jessie sur netbook Dell Mini 9

L'écuyère de Toy Story (Jessie) devant le Mini 9

J'ai toujours mon netbook Dell Mini 9 (aka Inspiron 910) que j'avais acheté en mars 2009.

En décembre de l'année suivante, j'avais remplacé la version customisée d'Ubuntu fournie avec la machine par une Debian GNU/Linux 6 « Squeeze » avec GNOME 2 qui tourne toujours actuellement :-)

En effet, comme j'utilise ce netbook essentiellement en vacances pour un usage somme toute basique (regarder des vidéos, parcourir le Web et faire de la petite bureautique, et aussi comme hub numérique pour manipuler les fichiers audio-vidéo-photo provenant de différents appareils), je n'ai pas besoin des dernières nouveautés logicielles.

Mais, après avoir changé la batterie de ce netbook il y a deux ans, il est désormais temps de lui offrir une mise à jour logicielle : nous effectuerons donc une installation fraîche de la dernière version stable de Debian GNU/Linux qui répond au nom de code de « Jessie ».

Caractéristiques de la machine

Pour mémoire, les caractéristiques techniques principales de ce netbook – qui n'est évidemment plus commercialisé – sont les suivantes :

  • Processeur 32 bits Intel Atom N270 avec 1 Gio de RAM
  • Chipset Intel i945GME
  • Processeur graphique intégré Intel GMA 950
  • Processeur de son intégré Intel 82801G HDA (ICH7)
  • Ethernet Realtek RTL8101E/RTL8102E
  • Bluetooth Broadcom BCM2046
  • WiFi Broadcom BCM4312 802.11b/g [14e4:4315]
  • Ecran 8,9" WSVGA (1024*600 pixels)
  • Unité de stockage SSD MLC 8 Gio PATA Mini PCIe (PCI Express Mini Card)
  • Sortie vidéo VGA
  • Sortie casque
  • Entrée micro
  • Webcam Microdia 0,3 Mpixels
  • Ports USB 2.0
  • Lecteur de carte mémoire 3 en 1 SD/SDHC // MS/MS Pro // MMC

De Squeeze à Jessie : évolution ou révolution ?

Mine de rien, passer de Squeeze à Jessie (en sautant par-dessus Wheezy), c'est opérer une petite révolution, qu'il s'agisse des parties visibles ou sous-jacentes du système.

Certaines nouveautés ne poseront aucune difficulté, d'autres pourront nécessiter quelques efforts de la part de l'utilisateur.

Au titre des premières, citons par exemple l'actualisation du noyau Linux, et ceci bien que 24 versions séparent tout de même cette version 3.16 de celle 2.6.32 qui propulsait Squeeze ! Par exemple Squeeze était la première version de Debian à fournir par défaut une version entièrement libre du noyau, ce qui est toujours le cas ici avec Jessie. De même Squeeze était aussi la première version de Debian à permettre le choix du système de fichiers ext4 lors de l'installation (même si ce n'était pas encore le choix par défaut comme actuellement). L'utilisateur est donc en terrain connu.

Au titre des secondes, citons l'arrivée de systemd, un nouveau système d'initialisation qui remplace System V. Autant la mise à jour du noyau ne bouleversera pas les habitudes de l'utilisateur, autant la présence de systemd lui imposera de revoir la façon de configurer certaines parties de son système... Citons surtout la mise à jour de l'environnement graphique GNOME proposée ici en version 3.14 : c'est un bouleversement complet qui attend l'utilisateur de Squeeze, habitué à la version 2.30 de GNOME : la branche 3.x de GNOME opère en effet un changement de paradigme en termes d'expérience utilisateur. Enfin, OpenOffice.org 3.2 cède ici la place à LibreOffice 4.3 : seul le changement de nom est susceptible de perturber l'utilisateur : pour le reste nous sommes plutôt dans la continuité.

Installation de Debian 8 Jessie

Tout d'abord le netbook embarque un processeur non compatible 64 bits, il faudra donc télécharger la version 32 bits de Debian, référencée « i386 ».

Si vous pouvez raccorder votre netbook à Internet lors de l'installation, le plus efficace est de récupérer ici l'image appelée « netinstall » : il s'agit d'une image de taille réduite permettant le téléchargement à la volée des logiciels que vous aurez choisis lors de l'installation.

Une fois cette image récupérée (au jour de ce billet, l'image à récupérer s'appelle « debian-8.1.0-i386-netinst.iso »., il vous faudra la copier sur une clé USB à l'aide du précieux logiciel multiplateforme UNetbootin.

Il vous reste alors à démarrer le netbook sur la clé USB nouvellement créée : vous choisirez l'installation graphique et sélectionnerez le moment venu « Environnement graphique de bureau ». Pour ce qui est du choix du système de fichiers, ext4 reste pour ce type d'usage le meilleur choix actuellement (j'y reviendrai un peu plus loin). Pour le reste il suffira de se laisser guider par l'installateur, du reste très bien conçu (lorsque le choix devient trop technique l'installateur vous conseille).

Il faudra tout de même vous armer de patience pour deux raisons : d'une part, et dans la mesure où la plupart des paquets sont téléchargés en temps réel, cette installation n'est pas la plus rapide (mais c'est celle qui vous garantira d'emblée les paquets les plus à jour), d'autre part, et surtout, la vitesse d'écriture du SSD de cette machine est très mauvaise. Pour ces raisons vous brancherez le netbook sur le secteur lors de l'installation pour éviter de devoir recommencer tout le processus si la batterie venait à s’essouffler en cours de route...

Configuration de Debian 8 Jessie

Idéalement ce paragraphe ne devrait pas exister si tout le matériel était pris en charge du premier coup... et c'est presque le cas !

La puce graphique du netbook – Intel GMA 950, une puce Gen3 dans la nomenclature d'Intel – n'est pas un foudre de guerre (la lecture de vidéos HD est à oublier, par exemple) mais ne pose aucun problème de compatibilité sous Linux avec les pilotes libres, c'est un point important. Idem pour la puce son qui fonctionnera sans problème avec les pilotes libres, etc.

En fait, la puce Wi-Fi – Broadcom BCM4312 LP/PHY [14e4:4315] – est la seule susceptible de poser problème car, même si elle dispose d'un pilote libre, il lui faut préalablement, pour fonctionner, un firmware non-libre qui s'installe dorénavant avec le paquet « firmware-b43-installer ».

Voilà, il n'y a rien d'autre à faire pour bénéficier d'un mini 9 complètement opérationnel (bluetooth et lecteur de cartes compris) sous Debian !

Dans le reste du billet nous verrons comment optimiser le système pour ce netbook.

Configurer les options d'économie d'énergie de l'interface LVDS

Cette manipulation consiste à modifier la tension de l'interface électrique de l'écran LCD dans le but d’améliorer (légèrement) l'autonomie de la machine : avec les privilèges d'administration, complétez la ligne « GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT » du fichier /etc/default/grub avec cet argument : « i915.lvds_downclock=1 » (c-a-d que vous changez par exemple la ligne GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT="quiet" en GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT="quiet i915.lvds_downclock=1"), puis mettez à jour GRUB2 en entrant dans un terminal, avec les privilèges d'administration : update-grub.

Installer TLP, un assistant de configuration automatique en vue d'économiser l'énergie

L'installation de TLP se fait en ajoutant un dépôt à votre fichier /etc/apt/sources.list, comme indiqué ici. Une fois le paquet TLP installé, celui-ci se lancera automatiquement au prochain démarrage : vous n'avez rien d'autre à faire !

Lorsque vous ajoutez un dépôt à vos sources, n'oubliez pas à chaque fois de récupérer la clé de chiffrement correspondante pour sécuriser le processus d'installation de logiciels et éviter d'infester votre machine.

Mettre à jour et optimiser Firefox

Firefox/Iceweasel peut être mis à jour facilement en ajoutant le dépôt officiel correspondant, comme indiqué dans le billet Iceweasel : Firefox pour Debian).

Lorsque vous ajoutez un dépôt à vos sources, n'oubliez pas à chaque fois de récupérer la clé de chiffrement correspondante pour sécuriser le processus d'installation de logiciels et éviter d'infester votre machine.

Quelques optimisations spécifiques aux machines modestes sont en outre indiquées dans ce billet.

Enfin, pour gagner de l'espace vertical avec Firefox/Iceweasel (en attendant que le port vers GTK+3 aboutisse), je vous conseille d'installer l'extension HTitle qui supprime la barre de titre lorsque le navigateur est affiché en plein écran.

Optimiser le système pour le SSD du Mini 9

Quelques optimisations propres aux SSD en général

  • Aligner les partitions si nécessaire,
  • spécifier l'attribut « noatime »,
  • signaler le SSD au système si nécessaire,
  • stocker les fichiers temporaires en mémoire vive pour limiter les accès au SSD.

Voir pour cela les quatre rubriques correspondantes du billet « Le point sur Linux et les SSD ».

Dans mon cas les partitions étaient bien alignées mais le SSD était reconnu comme disque rotatif et j'ai dû changer manuellement la valeur du fichier /sys/block/sda/queue/rotational pour permettre à l'ordonnanceur de tâches d'E/S CFQ de faire son boulot de manière optimum.

Désactiver le journal d'ext4

Pour désactiver le journal d'ext4, exécutez cette commande avec les privilèges du superutilisateur (vous devez donc soit vous connecter en tant que root, soit utiliser su ou sudo pour obtenir les droits nécessaires) pour constater la présence d'un journal :
tune2fs -l /dev/sda1 |grep feature
(« sda1 » étant le nom de la partition de votre système). Vous devriez obtenir une réponse de ce type : "Filesystem features: has_journal ext_attr resize_inode dir_index filetype extent flex_bg sparse_super large_file huge_file uninit_bg dir_nlink extra_isize".

Pour désactiver le journal vous devrez booter sur un autre système à l'aide d'un liveUSB et exécuter cette commande :
tune2fs -O^has_journal /dev/sda1
e2fsck -f -v -C0 /dev/sda1

en remplaçant sda1 par votre partition le cas échéant.
Redémarrer sur votre système et, avec la commande précédente, constatez que le journal n'est plus actif.

Désactiver le service rsyslog

Le service rsyslog alimente le journal des événements de votre système enregistré dans le répertoire /var/log.

À partir de Debian 8 Jessie, c'est systemd qui va permettre de désactiver les services comme rsyslog, avec la commande systemctl disable rsyslog.service. La commande systemctl status rsyslog.service vous permet ensuite, après un redémarrage, de vérifier que ces changements ont bien été pris en compte.

Quelques logiciels pour la route

Pour permettre au netbook d'accomplir sa mission de couteau suisse numérique en vacances, j'ai ajouté le dépôt deb-multimedia et sa clé de chiffrement, puis j'ai installé les logiciels suivants :

Conclusion

Que penser de ce passage de mon modeste netbook sous Debian 8 Jessie avec GNOME 3 ?

Tout d'abord que GNOME 3 passe très bien dessus : les performances d'ensemble sont au rendez-vous (en termes de consommation mémoire comme de réactivité) et on bénéficie de la meilleure gestion de l'espace vertical (une denrée rare et précieuse sur cette machine) consécutive aux améliorations apportées à la version 3 de GTK+ (pour vous donner une petite idée de ce dont je parle, voir ce billet relatif à Pitivi).

Ensuite, et même si la vitesse n'est pas un objectif principal de systemd, le passage de System V à systemd s'accompagne souvent d'un temps de démarrage plus court. Or je constate avec étonnement que le démarrage de Jessie est plus lent que celui de Squeeze ! Il faut dire que Squeeze avait fait un super boulot sur la vitesse de démarrage en boostant System V avec insserv qui permettait de gérer parallèlement les scripts d'initialisation (NB : il y a quand même moyen, quel que soit le système d'initialisation, de grappiller quelques secondes au démarrage, en réduisant le temps d'attente de GRUB avant de lancer le système d'exploitation).

Enfin, devant l'austérité du thème retenu pour Jessie (Lines), je ne peux que regretter le thème graphique de Squeeze (SpaceFun) qui m'enchantait par sa poésie :

papier-peint de Debian 6.0 Squeeze

Au final, compte tenu de tous ces réglages laborieux mais utiles, vous comprendrez que je ne tienne pas à changer de système d'exploitation tous les six mois...

#1 mardi 16 juin 2015 @ 13:18 tintouli a dit :

Merci,
Je ne suis pas seul au monde !

Et j'ai changé la batterie seulement il y a quelques mois.
+ J'étais en testing jessie depuis un paquet de temps.

Merci pour les optimisations spécifiques à ce matériel, a+

#2 mercredi 17 juin 2015 @ 01:00 antistress a dit :

@tintouli : De rien :)
Pour la suite, Linux 3.18 [1] et GNOME 3.18 (avec le passage à Wayland ) [2] devraient également améliorer l'autonomie de notre netbook : vers l'infini et au delà ? ;)
[1] https://linuxfr.org/news/sortie-du-noyau-linux-3-18#comment-1579678
[2] https://bugzilla.gnome.org/show_bug.cgi?id=742254

#3 jeudi 25 juin 2015 @ 12:58 Jerome a dit :

Je suis surpris de voir que le votre est équipé d'un SSD. Il semble avoir le même modèle et pourtant c'est un bon HDD qui gratte dedans :(

J'hésite à changer batterie + hdd ou racheter un notebook plus performant.

#4 jeudi 25 juin 2015 @ 18:47 antistress a dit :

@Jerome : c'est un disque électronique sur les petites capacités (10Go ici), maintenant les performances sont plus au niveau d'une mauvaise clé USB que d'un SSD tel que commercialisé de nos jours. Par ailleurs j'ai lu que le connecteur du disque n'était pas standard, donc pas sûr que le disque puisse être facilement remplacé.
Pour la batterie, c'est sans soucis :)

Les commentaires sont fermés.