Le point sur Linux et les SSD

SSD Crucial M4
Mon nouveau joujou
(crédit photo : Crucial)

Cela fait un moment que j'observe à distance l'actualité des SSD.

À distance, car les prix restent encore élevés, surtout comparé aux disques dur.

Pourtant la tentation est forte : ainsi ce billet de kiddo me trottait dans la tête. Surtout la vidéo impressionnante dont le lien est donné en fin de son billet...

Finalement, je me suis fait plaisir et ai profité d'une (petite) promotion pour acquérir un SSD Crucial M4 de 64 Gio.

Présentation

Pour rappel, avec le SSD, on change complètement de paradigme par rapport au traditionnel disque dur.

À ma gauche : le disque dur magnétique, qui consiste en un ou plusieurs plateaux tournant à grande vitesse (généralement 5 400 ou 7 200 tours/min) parcourus par une ou deux têtes de lecture (une par face utile) chargée de lire la piste magnétique du disque (de densité variable). Tous ces éléments détermineront la capacité, le débit et les temps d'accès du disque.

vue interne d'un disque dur
Vue interne d'un disque dur magnétique
(crédit photo : Samsung)

Cette conception mécanique peut s'avérer fragile (principalement pour un appareil mobile) aussi certains fabricants ont récemment tenté de limiter la complexité du disque pour palier à cet inconvénient. Citons ainsi le Samsung Spinpoint F4 320 Gio conçu pour concurrencer les SSD sur les ordinateurs portables et autres netbooks : un seul plateau, une seule tête de lecture, lecture/écriture sur un demi-plateau seulement afin de réduire les mouvements et les frottements pour une plus grande fiabilité, des performances accrues et une consommation réduite.

À ma droite : le SSD, de conception récente et qui, au contraire, ne comporte aucune pièce mécanique. Il est constitué de mémoire NAND FLASH, c'est à dire de composants électroniques. Aussi, après l'abandon de la disquette et la raréfaction des lecteurs optiques (CD, DVD, B-RD), le disque dur reste parfois le seul composant mécanique d'un PC là où le SSD se fond parfaitement au milieu de tous les autres composants de nature purement électronique : barrette de mémoire vive, microprocesseur, carte mère ou fille :

Vue interne du SSD Crucial M4 64 Gio
Vue interne du SSD Crucial M4 64 Gio
(crédit photo : Hardware.fr)

Cette différence de conception confère certains avantages au SSD :

  • résistance aux chocs,
  • silence de fonctionnement (la rotation ultra-rapide des plateaux d'un disque dur peut laisser entendre un sifflement tandis que l'action des têtes des lectures peut laisser entendre un bruit de grattage) et faible dégagement de chaleur,
  • débits rapides (deux à cinq fois ceux d'un disque dur),
  • surtout : temps d'accès négligeables (entre 0,05 et 0,1 ms contre une moyenne de 13 ms pour un disque dur).

Mais aussi un inconvénient (habituel s'agissant d'une nouvelle technologie) : les systèmes d'exploitation actuels doivent être mis à jour pour gérer les SSD, l'écriture de données sur un SSD étant physiquement très différente de l'écriture de données sur un disque mécanique (même si le contrôleur du SSD s'emploie à « traduire en langage SSD » les instructions qu'il reçoit).

Signalons enfin que les capacités actuellement disponibles sont un peu plus faibles que pour un disque mécanique, et, surtout, le prix au Gio reste bien plus élevé. Du coup, la plupart du temps, un disque mécanique sera utilisé en complément du SSD.

Passons rapidement sur les caractéristiques du SSD Crucial M4 (puces MLC NAND FLASH Micron de 25nm couplées à un contrôleur Marvell 88SS9174-BKK2, pages de 4 Kio organisées en blocs de 1 Mio, interface SATA 6 Gio/s), pour ne retenir que ceci (opinion forgée d'après les tests publiés sur le Web et les conseils avisés des forumeurs d'Hardware.fr comme d'habitude) :

  1. la marque jouit d'une bonne réputation de fiabilité,
  2. ce modèle est reconnu pour ses performances,
  3. aucun défaut du contrôleur n'a été constaté lors des tests,
  4. comme tous les SSD récents, il gère la fonction TRIM qui permet d'éviter un effondrement des performances avec le temps (lire ci-après) (à vérifier d'un hdparm -I /dev/sdX>sdX désigne votre SSD).

Configuration

Avant toutes choses, vérifiez que dans l'UEFI de votre carte mère, votre SSD est bien signalé comme tel. Et mettez à jour le firmware de votre SSD le cas échéant.

Au niveau du système d'exploitation maintenant :

ext4 et Brtfs s'imposent sous GNU/Linux pour qui cherche un système de fichiers moderne optimisé pour les SSD. Le second étant encore un peu jeune (mais prometteur), on se concentrera ici sur le premier.

Rassurez-vous, aujourd'hui les systèmes d’exploitation sont adaptés pour prendre en charge au mieux les SSD de sorte que les réglages proposés ici sont facultatifs et relèvent de l'optimisation.

La plus importante est sans doute de s'assurer du bon alignement des partitions du SSD.

Vérifier l’alignement des partitions

L'alignement consiste à faire correspondre les blocs logiques des partitions avec les blocs physiques du SSD afin de limiter les opérations de lecture/écriture et ainsi ne pas entraver les performances.

Les SSD actuels travaillent en interne sur des blocs de 1 ou 2 Mio, c'est à dire respectivement 1 048 576 ou 2 097 152 octets. Considérant qu'un secteur stocke 512 octets, il faudra ainsi 2 048 secteurs pour stocker 1 048 576 octets.

Si, traditionnellement, les systèmes d'exploitation faisaient démarrer la première partition au 63è secteur, les dernières versions prennent en compte les contraintes des SSD. Ainsi GNU Parted (libparted) version 2.2 ou supérieure, outil traditionnellement utilisé par les distributions lors de leur installation, aligne automatiquement les début des partitions sur des multiples de 2 048 secteurs.

Pour vous assurer du bon alignement des partitions de votre SSD, entrez la commande suivante avec les privilèges d'administration, et vérifiez que le nombre de secteurs au début de chacune de vos partitions est bien un multiple de 2 048 : fdisk -lu /dev/sdX (où sdX désigne votre SSD).

Si l'alignement des partitions est automatiquement géré avec les versions récentes de vos logiciels, la fonction TRIM, en revanche, est désactivée par défaut... et nous allons voir que ce n'est pas un hasard.

Activer le TRIMming

Pour comprendre en quoi consiste la commande ATA_TRIM, je vous renvoie à ces explications détaillées données par Marc Prieur sur le site Hardware.fr.

Les bases étant posées, nous allons voir que, sous Linux, il existe deux implémentations alternatives de la commande ATA_TRIM :

TRIM à la volée

La fonction TRIM est disponible pour ext4 depuis la version 2.6.33 du noyau Linux (à noter, si vous utilisez Debian 6 Squeeze, que la version 2.6.32 du noyau présente dans les dépôts officiels Backports gère le TRIM – les petits gars de Debian ayant bien bossé comme d'habitude ;-)

Pourtant elle n'est pas active par défaut... Pour y remédier, vous devrez ajouter discard sur la ligne de votre partition dans le fichier /etc/fstab.
Remplacer :
errors=remount-ro
par :
errors=remount-ro,discard

Précisons que, pour que le TRIMming opère, toute la chaîne doit être compatible : non seulement le SSD et le système d'exploitation, mais aussi le contrôleur ATA. En pratique c'est généralement le cas des contrôleurs Serial ATA supportant la norme AHCI (à activer dans le BIOS). En théorie il suffirait d'un contrôleur ATA gérant le 48-bit LBA addressing pour peu que son pilote supporte le TRIM mais ça ne semble pas être le cas sous Linux si j'en crois mon expérience personnelle (le test du TRIM ayant échoué dans mon cas). NB : Si votre système ne gère pas le TRIM, pensez à laisser un espace non utilisé (sans partition), 4 Go par exemple sur un SSD 64 Go.

TRIM différé

La méthode précédente va exécuter la commande TRIM au coup par coup (on parle alors de on-the-fly trim, online discard ou encore realtime discard), et la plupart du temps au milieu d'une séquence de lecture/écriture, ce qui ne sera malheureusement pas le moment le plus optimal.

Il est toutefois possible de différer l'exécution des commandes TRIM en vue de les traiter en bloc à un moment où le SSD sera moins sollicité (on parle alors de batch discard) : c'est ce que permet la fonction FITRIM qui est disponible pour ext4 à partir de la version 2.6.37 du noyau.

En pratique cette fonction est appelée par le programme /sbin/fstrim (que l'on trouve dans la collection de logiciels util-linux version 2.19 ou supérieure) qui pourra donc être lancé manuellement de temps en temps, un peu comme on défragmente un disque dur.

Vous pouvez plus simplement programmer un lancement régulier : une fois par semaine semble raisonnable pour un usage standard. Pour cela, vous allez créer avec les privilèges d'administration le fichier /etc/cron.weekly/batched_discard.

Copiez-y ce script (pour TRIMmer les répertoires / et /home) :

#!/bin/sh
LOG=/var/log/batched_discard.log
echo "*** $(date -R) ***" >> $LOG
fstrim -v / >> $LOG
fstrim -v /home >> $LOG

Et, toujours avec les privilèges d'administration, rendez ce fichier exécutable à l'aide de la commande suivante :

chmod 755 /etc/cron.weekly/batched_discard

(à ce stade vous pouvez tester le script en le lançant à la main, avec les privilèges d'administration : bash /etc/cron.weekly/batched_discard).

Vous pourrez ensuite consulter le journal des TRIM avec la commande suivante :

tail /var/log/batched_discard.log

(source)

Vous aurez donc intérêt à privilégier cette dernière méthode si vous avez un noyau suffisamment récent.

Puisque nous avons les mains dans le cambouis, profitons-en pour voir quelques réglages « bonus ».

Les choix retenus ci-après vont servir à maximiser les performances et à préserver la durée de vie du du disque en limitant le nombre d'accès disque.

Spécifier l'attribut noatime

ext4 est un système de fichiers journalisé. La journalisation sert à garantir l'intégrité des données en cas d'arrêt brutal du système. Cette importante fonction a toutefois un coût en termes de performances (accroissement des accès disque). Plutôt que de chercher à supprimer la journalisation, nous allons voir comment réduire son impact sur les performances.

Selon Theodore Ts'o (développeur d'ext4), c'est lorsque le système ext4 est utilisé avec l’attribut noatime que l'on obtient la meilleure combinaison : le surcroit du nombre d'accès disque est alors limité à quelques pourcents (rappelons que l'attribut noatime sert à désactiver l’enregistrement systématique de la date du dernier accès aux fichiers, chose parfaitement inutile si vous ne stockez pas de secrets d'État pour lesquels vous voudriez vérifier si quelqu'un d'autre y a accédé).

Cela se configure à partir du fichier /etc/fstab, en ajoutant noatime sur la ligne de votre partition.
Remplacer :
errors=remount-ro,discard
par :
errors=remount-ro,discard,noatime

La commande mount vous confirmera que la modification a bien été prise en compte.

Modifier l'ordonnanceur de tâches d'E/S ?

CFQ est l'ordonnanceur de tâches d'E/S par défaut du noyau Linux depuis la version 2.6.18.

Auparavant il était conseillé de le remplacer par un ordonnanceur plus adapté aux SSD comme NOOP ou Deadline (les optimisations proposées par CFQ pour les disques rotatifs pouvaient s'avérer néfastes aux performances dans le cas d'un SSD).

Cette manipulation n'est plus utile à présent que CFQ détecte automatiquement les SSD pour s'adapter en conséquence.

Toutefois certains vieux SSD ne se signalent pas comme tels au système. En ce cas il vaut mieux vérifier que le SSD est correctement reconnu. Si la commande cat /sys/block/sdX/queue/rotational (où sdX désigne votre SSD) renvoie la valeur 0 c'est que le SSD est bien reconnu comme tel. Si c'est la valeur 1 qui s'affiche, alors le système croit gérer un disque rotatif et il faut modifier manuellement le paramètre : avec les privilèges d'administration entrer la commande echo 0 > /sys/block/sdX/queue/rotational (où sdX désigne votre SSD) et le tour est joué.

Stocker les fichiers temporaires en mémoire vive

Toujours dans le but de minimiser les accès disque, à partir d'1 Gio de RAM on peut concevoir de stocker les fichiers temporaires en mémoire vive plutôt que sur le disque (attention : la mémoire vive étant volatile, les données seront perdues en cas de coupure de courant).

Toujours dans le fichier /etc/fstab, créer un système de fichiers temporaire (temporary file system, ou tmpfs) pour y placer le dossier les fichiers temporaires :
tmpfs /tmp tmpfs defaults,noatime,mode=1777 0 0
tmpfs /var/lock tmpfs defaults,noatime,mode=1777 0 0
tmpfs /var/run tmpfs defaults,noatime,mode=1777 0 0

Pour information, cette configuration sera celle que nous trouverons par défaut dans la prochaine version de Debian.

Même démarche s'agissant de Firefox, mais en utilisant ses propres réglages : dans la barre d'adresse de Firefox, saisir « about:config », puis :

  1. Réglez la valeur booléenne (la créer si elle n'existe pas déjà)
    browser.cache.disk.enable
    sur
    false
    pour désactiver le cache sur le disque.
  2. Réglez la valeur booléenne (la créer si elle n'existe pas déjà)
    browser.cache.memory.enable
    sur
    true
    pour activer le cache en mémoire vive.
  3. Réglez le nombre entier (le créer si il n'existe pas déjà)
    browser.cache.memory.capacity
    sur
    -1
    pour laisser Firefox décider de la quantité de mémoire vive maximale à utiliser pour son cache (voir le tableau de correspondance).

Désactiver le swap

Si vous possédez suffisamment de mémoire vive pour votre usage (1-2 Gio pour un usage « classique »), vous pourrez désactiver le swap en commentant la ligne ad hoc dans l'habituel fichier /etc/fstab (=la faire précéder du caractère dièse #). Et si le besoin s'en fait sentir, vous pourrez le réactiver très facilement par la procédure inverse.

Attention : le swap est nécessaire au mode hibernation (en anglais : suspend to disk).

Et le partitionnement, alors ?

Soucieux de ne pas entraver le travail du contrôleur du SSD chargé d'étaler l’usure (en anglais : wear levelling), vous hésitez peut-être à partitionner votre disque (pour isoler le /home du reste du système par exemple). Et bien n'hésitez plus : les partitions n’entravent absolument pas le wear levelling. Comme l'indique Marc Prieur : il n'y a pas de correspondances entre les adresses logiques (LBA) attribuées à une partition et les pages physiques de la Flash derrière. Selon les besoins, le SSD peut très bien utiliser une page auparavant destinée à la partition 2 pour la partition 1, et vice-versa.

Conclusion

Où la capacité impacte le prix mais aussi les performances et la durée de vie

Si le prix au Gio d'un SSD reste nettement plus élevé que celui d'un disque dur magnétique, on commence à trouver cette année des disques durs à prix abordable (compter 70-100 € pour un SSD de 60-64 Gio) sans parler des promotions ponctuelles (on peut alors trouver des SSD en quantité limitée à 1€ le Gio).

On notera que, de par leur conception, les SSD de capacité supérieure offrent souvent de meilleures performances (compte tenu d'un plus grand nombre de puces travaillant en parallèle. Toutefois cet avantage peut être réduit par l'emploi de pages plus grandes, pénalisantes en cas d'accès à de petits fichiers : par exemple à partir de la version 256 Mo, les SSD Crucial M4 utilisent des pages de 8 Kio organisées en blocs de 2 Mio contre des pages de 4 Kio organisées en blocs de 1 Mio pour les versions inférieures) et toujours une durée de vie plus importante (la technique de répartition de l'usure évoquée ci-dessus profitant du nombre accru de cellules).

Toutefois un SSD de 64 Gio offre aujourd'hui un très bon compromis et cette capacité suffit largement pour un disque système. Un tel disque sera alors la plupart du temps complété par un disque dur magnétique pour le stockage (plus un autre, interne ou externe, pour vos sauvegardes !).

Le confort comme maître-mot

Passée la première impression bluffante de vitesse (c'est le même PC ?!), c'est l'impression de confort qui s'impose : tout est plus réactif.

De même que le passage des écrans cathodiques aux écrans LCD TFT a pu offrir, outre des diagonales démesurées, une image stable pour un meilleur confort de lecture, le passage du disque dur mécanique au SSD réduit les temps morts et rend le quotidien plus confortable. Difficile de revenir en arrière !

Accès rapide :

39 commentaires

#1 samedi 24 septembre 2011 @ 08:46 Papillon-Butineur a dit :

Super intéressant cet article,
Je crois que vais finir par me laisser tenter mois aussi.
Ma seule réticence portait sur la durée de vie des mémoires flash vis à vis des accès disque.
A contrario, les 2 SSD de mon eeepc ne m'ont jamais posé de problèmes après 3 années d'usage quasi quotidien.

#2 samedi 24 septembre 2011 @ 16:10 src a dit :

Salut, article très intéressant.

Je suis un peu sceptique avec l'idée du noatime car la journalisation est ce qui permet de ne pas avoir des fsck qui durent 3 heures lorsque l'on redémarre le système un peu brutalement. Désactiver noatime ça me donne l'impression de retirer les rétros sur une voiture pour avoir un meilleur aérodynamisme.

Personnellement je ne me suis pas encore lancé dans le SSD, pour deux raisons :

- La capacité trop faible par rapport au prix, ça peut convenir à certains mais j'aime avoir au moins 100GB sur mon ordi pour seeder des distros sur bittorrent.

- Le faible intérêt sur Linux selon moi, car les performances sont déjà excellentes

Je n'ai pas d'inquiétude pour la durée de vie d'un SSD car je suis certain de ne pas le garder 10 ans. Le matériel informatique a une période d'utilisation relativement courte, bien peu de gens utilisent des composants vieux. Surtout quand on regarde le prix, dans 3 ans on le remplacera par un modèle plus gros et plus performant.

#3 samedi 24 septembre 2011 @ 17:32 virtualmix a dit :

Très bon article merci.
Je pense me laisser tenter bientôt.
Tu dis que les performances sont très bonnes par rapport à un disque mécanique mais je me demande à quel point.
Est-ce vraiment deux fois plus rapide lorsque tu ouvres une application par exemple ?

#4 dimanche 25 septembre 2011 @ 08:56 killman a dit :

Merci pour l article ;) je comptais également traiter le sujet mais mon disque à une semaine de retard dans la livraison. Nous allons voir ce que donne du SSD en SATA 3 :p et debian weezy

#5 dimanche 25 septembre 2011 @ 13:39 antistress a dit :

@Papillon-Butineur : si tu évites de blinder le SSD, la technique de répartition de l'usure employée actuellement rend les SSD au moins aussi endurants que les disques durs en théorie. En outre, j'ai lu que quant une cellule est morte, elle ne peut plus être réécrite mais elle conserve la donnée, donc pas de perte de données en ce cas ;-) Si tu veux plus de performance et d'endurance prend le modèle 128 Mo.

@src : le billet n'est peut être pas clair à ce sujet mais je propose l'argument "noatime" comme alternative à la suppression de la journalisation, justement. On garde le journal mais on minimise l'impact sur les performances par ce réglage qui consiste juste à ne pas écrire la date à laquelle le fichier a été lu pour la dernière fois (ce qui est parfaitement inutile pour rétablir l'intégrité des données : ça sert juste à savoir si quelqu'un a lu tes fichiers). Et je suis 100% d'accord avec ta métaphore des rétroviseurs :-)
- Le mieux est un SSD + un disque dur pour seeder.
- Franchement Linux ne peut pas réduire les temps d'accès comme le fait un SSD, c'est une question purement matérielle à ce niveau là, un peu comme l'apport d'un GPU pour la 3D.

@virtualmix : http://www.youtube.com/watch?v=xHzMegVmsHw ...

@killman : j'ai pris mon temps pour cet article, ça fait un bout de temps que je fais des recherches sur la question et puis j'ai mis à jour les fiches Wikipédia correspondantes au passage...

@tous : merci pour vos encouragements :-)

#6 samedi 01 octobre 2011 @ 23:42 fran6t a dit :

Super billet, j'ai appris plein de chose, du coup je viens aussi de voir que mon disque qui n'est pas SSD n'est pas aligné. Il ne me semble pas trop ramer, mais dorénavant je ferais attention à cela lors de mes futurs installations.

#7 mardi 04 octobre 2011 @ 13:07 rb a dit :

Aux USA, j'ai acheté un SSD 120Go VERTEX PLUS SATA II de chez OCZ pour 100 euros.
Mais quelque soit la façon d'installer Ubuntu 11.04, le système boot une première fois correctement, et la seconde fois GRUB est systématiquement cassé. J'ai due mal à comprendre.

#8 mardi 04 octobre 2011 @ 15:28 antistress a dit :

@rb : tu n'es pas en btfrs à tout hasard ? car GRUB est mis à jour au fur et à mesure des nouveaux FS

#9 dimanche 13 novembre 2011 @ 18:59 aldopic a dit :

Je viens d'installer un ssd intel 320 40Go sans problème en suivant cet article. Une petite remarque : sous Debian squeeze avec le noyau 2.6.39 des backports officiels, l'option discard ne fonctionne pas avec tmpfs. Il faut la supprimer, sinon les dossiers /tmp, /var/lock et /var/run ne s'installent pas en RAM.

#10 lundi 14 novembre 2011 @ 21:45 antistress a dit :

@aldopic : merci pour l'info ! Il y a un rapport de bogue ou autre pour suivre ça ?

#11 mardi 15 novembre 2011 @ 18:51 Mario Gervais a dit :

Très intéressant comme article!

#12 samedi 14 janvier 2012 @ 17:47 olivier a dit :

il ne faut pas mettre l'option discard sur les tmpfs, sinon ça ne boote plus...

#13 dimanche 15 janvier 2012 @ 00:32 antistress a dit :

@olivier : merci pour l'info, j'ai corrigé le billet. D’ailleurs, à la réflexion, c'était idiot de spécifier cet attribut propre aux SSDs pour organiser une partition en mémoire vive !

#14 jeudi 19 avril 2012 @ 12:46 koko a dit :

Franchement trop compliquer vos manips, j'utilise ubuntu depuis 4 ans et si il faut jouer à l'expert informatique , c'est pas le peine.
Je vais acheter un ssd 60 go et je ne ferais aucune des manip parce que ça va être grave la galère parce que je sépare le / et le /home. + 1 hhd pour les download iso...
Je me dit que je vais garder ce ssd 3 ans et puis c'est tout, on verra bien si il ralentit dans le temps, c'est vraiement du grand n'importe quoi que l'ont doivent ajouter la fonction trim manuellement ! le ssd va se généraliser c'est juste une question de temps ! faut arrêter de tout nous prendre pour des génies de en it

#15 jeudi 19 avril 2012 @ 14:35 antistress a dit :

@koko : Il y a des raisons à ne pas activer la fonction trim par défaut (dans certains cas c'est moins bien). Après tu peux très bien acheter des plats préparés ou faire ta cuisine d'après une recette, c'est ton choix ! L'idéal serait que Linux ait accès directement au SSD pour tout gérer lui-même (cf UbiFS par exemple) mais pour des raisons de compatibilité les fabricanst ajoutent un intermédiaire pour permettre au SSD d'être géré comme un disque dur par n'importe quel OS.

#16 jeudi 19 avril 2012 @ 22:38 koko a dit :

@antistress

merci pour votre réponse, je crois que dans l'idéale ça serait d'avoir un logiciel avec une interface pour gérer le ssd en fait, comme ça se fait sous mac (sous win7 c'est automatique..).Vous touchez un max en info, ça serait pas possible de mettre tout ça sous forme d'un petit programme, des cases à cocher pour les gars comme moi,j'aime mon ubuntu, j'ai pas eu de probleme jusque là faut dire que j'ai bien choisi mon matos :) et le ssd est un must have, bon en tout je peux vous assurez que l'ont est très nombreux à flipper devant les fichiers quelques peux criptiques :)

#17 jeudi 19 avril 2012 @ 23:08 antistress a dit :

@koko : en fait les options par défaut fonctionnent très bien, il suffit d'utiliser ext4 et un ssd récent pour avoir des très bonnes performances.
Pour un vieil SSD il vaut mieux vérifier l’alignement des partitions (sur mon netbook Dell Mini 9 les partitions n'étaient pas alignées) mais seulement pour des raisons de performance, rien d'obligatoire.
Et dans tous les cas, si tu veux optimiser un peu tu spécifies l'attribut "noatime" comme signalé.
Au final il n'y a rien ou peu à faire.

#18 vendredi 20 avril 2012 @ 10:58 koko a dit :

@ J'ai pas encore acheter mon ssd ça ne devrait tarder j'attend la sortie d'ubuntu 12.04 :)
sur ldlc y'a un ssd avec des retour positif par les linuxien ça sera sûrement celui là.
**********************************
hors sujet : si vous vous intéressez au montage video, y'a Novacut video editeur qui va sortir en même temps qu'ubuntu 12, vous pouvez jeter un oeil sur leur site et pourquo pas un article pour les faires connaitre au français :)

#19 samedi 09 juin 2012 @ 00:57 Logicos a dit :

Super l'article.
Juste une remarque: le "swap" reconnait les disks SSD et active "discard" automatiquement.

#20 samedi 09 juin 2012 @ 04:14 antistress a dit :

@Logicos : bien vu, en effet ça semble être le cas depuis Linux 2.6.29 http://marc.info/?l=util-linux-ng&m=128796678428160

#21 vendredi 15 juin 2012 @ 22:10 morice a dit :

Je me suis bien instruit avec ton article, merci, mais mon Verbatim SATA-III SSD 120Gb, ne monte pas sous Ubuntu, rien n’apparaît, y a-t'il un prog pour le repérer ?

#22 samedi 16 juin 2012 @ 11:24 antistress a dit :

@morice : lance palimpsest pour voir. Sinon est-il détecté par le BIOS ?

#23 dimanche 24 juin 2012 @ 11:55 morice a dit :

Bien aimable d'avoir répondu à ma question : mais sur deux ordi différents aucun le fait apparaître dans le Bios le SSD.
et bien sûr avec palimpset pas de SSD.
J'ai testé avec windows 7 : idem, rien.
Ce SSD a un mois, j'y ai au début écrit et lu sans pb, l'ayant reconnecté quelques temps plus tard, plus rien.
J'ai navigué dans les forums, quelques personnes ont des pb avec SSD, enfin de compte je vais le mettre de côté et le tester un jour avec une nouvelle machine !!!

#24 mardi 26 juin 2012 @ 00:49 antistress a dit :

@morice : ton pb est matériel apparemment.Mets le sur le port SATA 1, et aussi essaye un autre câble...

#25 lundi 09 juillet 2012 @ 15:46 toto_93 a dit :

Il y a aussi l'option "nodiratime" pour réduire encore l'écriture sur le disque.

#26 lundi 09 juillet 2012 @ 19:15 morice a dit :

@antistress tu as sûrement raison étant donné que le Bios ne le détecte pas, donc impossible de le tester sur le port SATA 1, mais aussi tu me mets sur la piste du support du SSD, depuis que je l'ai installé dans un boitier Storeva il ne monte plus. Pourtant tous mes supports extérieurs en 2.5 passent bien (USB2).
Il va me falloir trouver un autre support...

#27 samedi 21 juillet 2012 @ 07:39 xav a dit :

@ toto_93 : nodiratime semble inclus dans l'option noatime depuis déjà trois ou quatre ans. On peut toujours l'ajouter par sécurité si on a peur, ça ne coute rien :)
Sinon il existe l'option relatime, moins interessante mais qui permet d'éviter des problèmes avec des logiciels tels que mutt : faire une partition ailleurs que sur le SSD peut être interessant (même sur un support amovible)

Merci antistress pour ce billet, je file je vais dépuceler sur-le -champ mon Crucial M4 128Go avec une install de Squeeze :)

#28 dimanche 23 septembre 2012 @ 23:14 Soullivaneuh a dit :

Article intéressant ! ;)
Petite question bête, toutes les marques de ssd sont normalement compatible linux ?
On sait jamais... :)

#29 lundi 24 septembre 2012 @ 00:53 antistress a dit :

@Soullivaneuh : absolument. En ce moment les SSD Intel 330 Series, les Crucial M4 et les Samsung 830 sont de très bons choix (rapport performance/fiabilité/prix)

#30 lundi 24 septembre 2012 @ 11:27 Soullivaneuh a dit :

Perso j'ai pris un OCZ pour mon fixe tournant sur Windows, tres bon rapport qualite prix aussi ! ;)

#31 lundi 24 septembre 2012 @ 11:44 antistress a dit :

@Soullivaneuh : Ça n'aurait pas été mon choix personnellement http://www.hardware.fr/articles/862-7/ssd.html

#32 mardi 13 novembre 2012 @ 01:09 Olivier a dit :

Damn it !

Impossible de faire tourner le TRIM. Quand j'essaie de lancer le cron manuellement, j'ai un joli message d'erreur qui me dit : "fstrim: /home: FITRIM ioctl failed: Opération non supportée".

Mes recherches mon amenées à valider que j'ai bien l'option discard dans /etc/fstab sur ma partoche, et que mon disque est bien reconnu en AHDI dans mon BIOS. C'est le cas. ... et maintenant je tourne un peu en rond.

Est-ce que quelqu'un a rencontré ce problème ? Et trouvé une solution ?

Par avance, merci,
Olivier.

#33 jeudi 15 novembre 2012 @ 00:23 antistress a dit :

@Olivier : T'as essayé de faire le test du TRIM à la volée ? pour voir si tu matériel supporte le TRIM...

#34 samedi 24 novembre 2012 @ 20:53 Olivier a dit :

Salut,

Désolé de répondre aussi tard, j'ai eu quelques petits soucis.

Oui j'ai essayé le test du TRIM à la volée, sans succès.

Et pour le matériel, ... c'est aussi un Crucial M4. 256Go,le temps passe, les prix baissent ;)

#35 dimanche 25 novembre 2012 @ 05:14 antistress a dit :

pour le matériel, je parlais de la carte mère et de son contrôleur SATA. C'est pitet lui qui ne permet pas le TRIM (cas notamment des cartes ne supportant pas AHCI mais si ta carte supporte AHCI ça devrait être bon... bizarre)

#36 lundi 26 novembre 2012 @ 08:27 jybu a dit :

Juste au passage, l'attribut noatime n'a rien à voir avec les secrets d'états, il y a d'autres journaux d'accès et d’exécution pour ceux qui en ont besoin.
L'intérêt principal de noatime, c'est d'isoler ce qui n'a pas servi depuis longtemps pour l'archiver. Ca sert surtout pour la gestion de backup en fait.

Pour le système et les applications, ce n'est effectivement pas critique. Pour les homes quand il y a du monde sur le serveur, ça sert :)

#37 lundi 26 novembre 2012 @ 21:08 antistress a dit :

noatime : pour nous, les homes ?

#38 samedi 05 janvier 2013 @ 18:51 Olivier a dit :

Salut antistress,

Bonne nouvelle. J'ai tout réinstaller, avec / et /home sur mon SSD... et cette fois ci tout marche.

Petit détail (mais qui a son importance) j'ai également mis à jour le firmware de mon SSD. Bref, tout semble rouler.

Merci beaucoup pour ton tuto !

A+

#39 dimanche 22 décembre 2013 @ 14:58 Gigi57 a dit :

Bonjour,

Même si l'article date un peu, et sans reprendre toutes les optimisations, il m'a été très utile pour configurer une distri KBuntu 13.10 pour un HTPC.
Installé sur une carte Zotac GE-Force 9300 ITX + Intel Core 2 Dual, j'ai rajouté un SSD ScanDisk UltraPlus 64Go. Cette capacité est amplement suffisante pour l'utilisation et permet même de créer un partage réseau sur le SSD pour augmenter (pulvériser) les vitesses de transfert de fichiers. Je garde un DD normal 1,5To pour la base Vidéo / MP3.
En conclusion, maintenant que le prix des SSD se démocratise, nous vous en privez pas

Écrire un commentaire

NB : en publiant votre commentaire, vous acceptez qu'il soit placé sous la licence CC BY-SA comme indiqué aux conditions d'utilisation du site

Quelle est la dernière lettre du mot kqwfw ? :